Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

https://player.vimeo.com/video/120873036 Jean-Luc-Greau-Une-defaillance-ineluctable-des-banques--339.jpg picto
Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal a reçu Jean-Luc Gréau, économiste et auteur de «la trahison des économistes» éd. Gallimard :

Sauf à poursuivre la politique de fuite en avant à l'œuvre depuis 2007, Jean-Luc Gréau estime que la mise en faillite des créanciers, soit les banques et les grandes compagnies d'assurance, est la seule solution pour résoudre la crise des dettes souveraines en Europe et de l'euro. Lors de son entretien avec le président du Groupe Xerfi,  Laurent Faibis, l'économiste a en particulier abordé les thèmes suivants :

-  la recapitalisation des banques qui revient à les subventionner et donc à accroître le niveau de la dette publique des Etats;

-  la création du FESF qui n'a rien résolu, la dette solidaire venant s'ajouter à celle de chaque Etat ;

-  la restructuration des dettes de l'Italie, de l'Espagne, du Portugal ou encore de l'Irlande, après celle de la Grèce, qui entraîneraient des pertes considérables pour les créanciers, lesquels se retrouveraient alors en situation de cessation de paiement;

-  la mise en faillite des établissements défaillants pour ensuite reconstruire de nouvelles institutions de crédit comme l'unique solution pour sortir de cette crise d'une ampleur sans précédent, sauf à placer l'Europe sous la tutelle des banques ;

-  la nécessaire réduction de la dette de la Grèce qui suppose que ses créanciers acceptent d'être remboursés à hauteur de 50% seulement.

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :