Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Budget de la défense : la facture du bradage

Publié le jeudi 22 mai 2014 . 3 min. 54

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse de Jean-Michel Quatrepoint, Journaliste-essayiste

Nos dirigeants politiques et nos technocrates de Bercy n'ont jamais dû entendre parler de la théorie des dominos. Sinon, ils réfléchiraient à deux fois à sabrer systématiquement dans le budget de la Défense.

Voilà plus de vingt ans, que les crédits militaires sont devenus la principale variable d'ajustement budgétaire. C'est là que chaque année, le ministre des Finances et ses services trouvaient les quelques centaines de millions, voire même les milliards qui permettaient de réduire le déficit budgétaire.

Un moyen facile d'abord parce que nous étions en paix. Plus personne ne nous menaçant, apparemment, il n'était donc pas utile de dépenser autant pour nous défendre. Ensuite parce que dans les médias et une partie de l'opinion, notamment chez les jeunes, l'armée n'avait pas bonne presse. Plutôt des écoles que des casernes. Enfin, l'armée est, par définition, une grande muette. Elle n'a pas de syndicat qui descend dans la rue, fait grève, bloque le pays.

Voilà pourquoi, au fil des ans, notre budget militaire s'est réduit, parallèlement à l'influence de notre pays dans le monde et en Europe. Comme s'il y avait une relation de cause à effet. Certes, l'armée ne devait pas être exemptée d'efforts de gestion. Certes, il y a eu bien des gabegies et des erreurs de choix de matériels, mais les industries de défense étaient un de nos points forts. Il y a toujours eu un lien direct ? et les Etats-Unis le montrent encore ? entre les crédits militaires et l'ensemble de l'économie. Ces crédits, notamment en matière de recherche et d'innovation, irriguent l'ensemble de l'économie et du tissu industriel. Tout comme les ventes d'armes participaient à nos excédents commerciaux.

Aujourd'hui, le constat est accablant. La plupart des positions acquises pendant les Trente Glorieuses sont en passe d'être perdues. Les Rafale n'ont pas remplacé les Mirages. Les Américains, les Russes, mais aussi les Allemands, les Britanniques, les Israéliens et les Chinois sont devenus plus performants. Il y a une corrélation directe entre les budgets de la Défense et les exportations. Plus on réduira les crédits militaires en France, moins on exportera. À terme, c'est donc toute la filière industrielle qui est menacée.

Il y quelques mois, Jean-Yves Le Drian se félicitait d'avoir sanctuarisé quelques grands programmes dans la loi de programmation militaire. Six mois après, Bercy, mais aussi apparemment Matignon et l'Élysée, le désavouent. On évoque des réductions supplémentaires de 2 milliards d'euros par an. Cela aura des conséquences incalculables pour notre pays.

Avec la loi de programmation militaire, on était déjà à l'os. C'est-à-dire que l'armée française ne pouvait plus assumer un certain nombre de ses missions. Avec une nouvelle amputation, quelle que soit son ampleur, le scénario est écrit. Dans un mois, dans un an, on nous expliquera que la force de dissuasion nucléaire ne peut plus être conservée en l'état. Et qu'il faudra donc envisager peu à peu sa disparition. De même, l'unique porte-avions, qui n'est opérationnel que la moitié de l'année, pourrait être mis sous cocon, voire vendu. Qui ne voit que ce jour-là, la France perdra son statut de moyenne puissance pour descendre encore d'un cran et qu'elle n'aura plus aucune justification à détenir un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies. La France ne pourra même plus invoquer ses capacités à défendre l'Europe pour justifier ses déficits. La boucle sera bouclée. On reviendra cinquante ans en arrière. Il ne restera plus qu'à s'en remettre aux Etats-Unis pour notre défense. Et aux Allemands pour le pilotage de notre industrie et de notre économie.

Jean-Michel Quatrepoint, Budget de la défense : la facture du bradage, une vidéo Xerfi Canal

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER