Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Spécific, le département études et prestations sur mesure de XERFI, fait ici le point sur l’industrie française des plastiques et polymères en 3 séries de données :


La 1ère série permet d’évaluer la force de ce tissu industriel. 165 établissements sont recensés et ce nombre n’a que peu évolué depuis 10 ans. C’est un secteur hyper capitalistique et très concentré : les 4 premières entreprises représentent 58% du chiffre d’affaires sectoriel. Il s’agit pour la plupart de filiales de géants mondiaux (comme TotalEnergies, ExxonMobil ou Arkema) implantées sur des plateformes pétrochimiques intégrées et qui disposent donc d’un approvisionnement en naphta, un dérivé du pétrole, privilégié.


La 2e série de données fournit un comparatif européen. Avec 7,3 Md€ de facturations, la France occupe le troisième rang, derrière l’Allemagne et l’Italie et se positionne souvent à la 2e ou 3e place selon les segments. Dans les PVC, la France totalise 20% de la production européenne, soit la 2e place pour cette catégorie de polymère, grâce à la présence de 4 usines du groupe Kem One sur son sol. Mieux : avec une telle base industrielle, la France dégage des excédents commerciaux de façon structurelle dans les plastiques et polymères.


La 3e série de données traduit l’opinion de nos experts sur la capacité du secteur à retrouver un chemin normal de croissance après la crise. Le secteur a obtenu le score de B (sur une échelle de A à E) ce qui signifie que le chiffre d’affaires des fabricants a renoué avec son niveau de 2019 et qu’il devrait tenir en 2022. Les volumes de production devraient continuer à se redresser dans le sillage de l’industrie auto alors que les autres marchés clients (emballage et bâtiment) risquent de décélérer.


Reste les prix des plastiques. Si le contexte géopolitique pousse à l’envolée du pétrole, du naphta, donc des plastiques et du chiffre d’affaires des fabricants, il nous met aussi tous face à une incertitude radicale.

En savoir plus Xerfi Spécific


Publié le mercredi 20 avril 2022 . 2 min. 33

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :