Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


L'accélération des marchés de la robotique en France à l'horizon 2023

Publié le jeudi 10 décembre 2020 . 3 min. 33

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Malgré un coup d’arrêt temporaire lié à la crise actuelle, la robotisation de l’économie promet de s’accélérer à moyen terme selon l’étude Xerfi Innov. Mais pas partout.


Dans l’industrie française, 42 000 robots étaient en service en 2019 et leur nombre a très fortement progressé depuis 2016. Les usines disposaient alors en moyenne de 177 robots pour 10 000 salariés. Néanmoins, la France se classe au 16e rang mondial, loin derrière les leaders asiatiques (Singapour, Corée du Sud et Japon). Et elle est également devancée par de nombreux pays européens : Allemagne, Suède, Italie… L’Hexagone a même, pour la première fois, été dépassé par la Chine en 2019. Le retard français dans la robotique industrielle s’explique par le poids relativement faible de ses industries automobiles et électroniques, principaux marchés clients, et par le déficit de robotisation des PME tricolores. La crise sanitaire ne va pas arranger les choses en la matière, même si le plan de relance prévoit 320 M€ d’ici 2022 pour soutenir les investissements dans l’industrie du futur. La robotique industrielle se révèle finalement un segment déjà en partie mature et dominé par de grands groupes à l’envergure internationale, notamment les Japonais Fanuc, Yaskawa et Kawasaki, le Suisse ABB et l’Allemand Kuka.


En revanche, la robotique de service reste un marché émergent aux opportunités de croissance réelles. Et la France apparaît bien placée sur plusieurs segments. Dans l’automatisation agricole, une douzaine de start-up tricolores y sont actives, notamment sur le créneau des robots pour les petites parcelles comme Naïo Technologies ou sur celui des robots viticoles avec VitiBot. La France est également en pointe dans les robots d’assistance médicale grâce notamment à une demande intérieure importante. Citons Robocath (et ses robots destinés au traitement des maladies cardiovasculaires), Wandercraft (et ses exosquelettes) ou encore Axilum Robotics (et ses solutions automatisées de stimulation cérébrale). Autre segment d’avenir pour le système productif français : la logistique, du fait du boum du e-commerce et des stratégies omnicanal dans la distribution. Plusieurs jeunes pousses de la robotique affichent des ambitions affirmées, à l’image d’Exotec ou de Scallog dans la préparation de commandes ou encore de Alstef Group dans les chariots automatiques.


La voie du succès reste néanmoins semée d’embûches pour les start-up tricolores de la robotique de service. Leur principal problème, c’est l’accélération de la concurrence des start-up étrangères et des grands groupes établis. Et puis les jeunes pousses ne peuvent pas compter sur d’importantes économies d’échelle : la fragmentation politique, linguistique ou encore législative du marché européen représente un handicap de taille pour les start-up du Vieux-continent, surtout face à leurs homologues américaines et chinoises. Bref, le terrain de jeu mondial de la robotique de service est truffé d’obstacles pour les nouveaux compétiteurs… Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les difficultés de financement sont prégnantes sur ce créneau, notamment pour amorcer la phase d’industrialisation.


Alors que la France rattrape peu ou prou son retard dans la robotique industrielle et que l’essor des robots de service se confirme malgré les difficultés, le marché des robots « compagnons » n’a quant à lui jamais véritablement décollé…


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER