Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Le marketing de l'insatisfaction

Publié le jeudi 17 mars 2022 . 3 min. 39

Voir plus tard
Partager
Imprimer

La possession est l’une des pulsions humaines les plus puissantes et elle ne se soumet pas docilement à la raison. Il y a même un paradoxe de la possession qui peut nous aider à comprendre comment changer notre modèle de consommation. Nous nous identifions à ce que nous possédons et nous construisons notre sentiment d’identité à travers la propriété. Nous surestimons ce que nous avons et sommes réticents à nous en défaire. Mais en même temps, nous nous habituons fort bien  la nouveauté et ressentons un besoin insatiable d’acquérir de nouveaux biens. Si nous étions comblés, nous cesserions d’acquérir de nouveaux biens. Qu’est-ce qui nous pousse sans cesse à acquérir des biens matériels ? On pourrait penser que c’est le fait même d’acquérir qui est gratifiant. L’acquisition procure du plaisir certes, mais c’est en fait surtout l’anticipation de l’acquisition qui est le moteur ls plus puissant. C’est pourquoi, certains individus se ruent dans les magasins à l’approche des soldes, attisés par la perspective d’un gain. C’est ce que les économistes appellent la recherche de l’effet d’aubaine. Or la psychologie a longtemps laissé plané l’idée que nous étions chacun la somme de nos possessions, la déclinant sous la forme d’un « je possède donc je suis » qui est au fondement de l’idéologie consumériste américaine. Auteur d’un livre très instructif sur le sujet de la possession, Bruce Hood qui est psychologue remet en cause ce paradigme dans un ouvrage sobrement intitulé posséder. Il rappelle à ce propose une phrase que l’on doit à Jean-Paul Sartre selon laquelle « l’homme n’est point la totalité de ce qu’il a, mais la totalité de ce qu’il n’a pas encore ». Cela signifie que c’est la poursuite d’objectifs, davantage que l’acquisition qui nous définit et nous motive. Cette analyse est d’ailleurs tout à fait cohérente avec les découvertes de la neuroscience sur les ressorts de la motivation. Tous les objets que nous possédons et que l’on considère comme des extensions symboliques de nous-mêmes (votre veste préférée, votre paire de converse) sont incorporés à des réseaux neuronaux qui génèrent le conscience de soi. Il n’en va pas de même pour les objets que l’on désire ardemment. Ceux-ci activent des systèmes de neurones qui sont liés à l’excitation de la quête et à la nouveauté. C’est ce qui explique par exemple que le plaisir que l’on peut ressentir en participant à une enchère est nettement supérieur à la joie de tenir l’objet convoité dans ses mains. C’est la raison pour laquelle, comme j’ai pu expliquer dans une ancienne chronique, la consommation est une activité romantique, structurée autour d’une quête permanente de nouveautés, qu’il s’agisse d’idées, de sensations, d’expériences. Ainsi, le marketing s’appuie sur le circuit d’une pulsion qui n’est jamais satisfaite. Il nous invite à une quête permanente en étalonnant le plaisir sur le désir de ce que je n’ai pas encore. C’est pourquoi l’idéologie consommatoire emprunte bien souvent au mode donjuanesque à l’égard de la marchandise, dans la mesure où ce qui compte est essentiellement la quête, et non la prise. Ce qui explique en partie pourquoi le capitalisme fait indéfiniment tourner la roue de notre insatisfaction.


Référence :


Bruce Hood, Posséder. Pourquoi nous voulons toujours plus que ce que nous avons, FYP ? 2021.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER