Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Vidéo réalisée pour l’ouvrage « Stratégie » publié par les éditions Vuibert.

Vous connaissez sans doute cette formule de Francis Blanche : « Face au monde qui change, Il vaut mieux penser le changement que changer le pansement ». Une formule qui en dit long sur les difficultés du changement…

Les questions sont nombreuses : Quelle est l’urgence d’un changement, l’ampleur souhaitée ou nécessaire, mais aussi sa faisabilité… ? Et c’est l’analyse du contexte d’un changement qui permet de situer le décor dans lequel il va se dérouler.

Pour préciser une telle analyse, on peut se poser quelques questions essentielles telles que :

• Quels sont les acteurs en présence ?
• Sont-ils favorables ou défavorables au changement ?
• Quelle est l’importance de leur pouvoir ?

Les résultats de cette analyse peuvent être représentés dans une figure qui permet d’identifier quatre catégories d’acteurs.
Prenons l’exemple d’un projet de construction d’une usine de fabrication aux États-Unis
Les catégories d’acteurs sont ici les suivantes :

Les moteurs du changement sont favorables et ont un pouvoir pour le mener à bien ; dans notre exemple, la direction, les cadres, et à un degré moindre, la maîtrise.

Les freins au changement sont défavorables, ont un pouvoir d’opposition ; dans notre exemple le syndicat Y, et à un degré moindre, le syndicat X.

Les soutiens au changement sont favorables au changement, mais n’ont pas un pouvoir d’action très fort ; ici, les actionnaires et la presse économique.

Les ralentisseurs du changement sont défavorables au changement sans disposer d’une latitude d’action très importante ; il peut s’agir ici d’une collectivité locale et d’une association.

Au-delà de l’analyse statique de la situation des acteurs, il faut donc chercher à comprendre la logique de chaque catégorie d’acteurs de façon à en tenir compte, afin de tenter d’infléchir, de faire évoluer la position des « freins » et des « ralentisseurs ».

Il convient pour ce faire d’analyser les résistances au changement et les conditions de l’acceptation du changement.

Toute l’utilité de ce type d’analyse réside donc dans l’anticipation des réactions des acteurs

A défaut de penser ainsi le changement à hauteur des acteurs, le risque est en effet fort de ne parvenir qu’à changer le pansement…


Publié le jeudi 7 décembre 2023 . 2 min. 59

D'APRÈS LE LIVRE :

Stratégie

Stratégie

Auteur : Jean-Pierre Helfer, Michel Kalika, Jacques Orsoni et Jean-Philippe Denis
Date de parution : Mai 2023
Éditeur : Vuibert
COMMANDER

Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
de Cathy Alegria

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :