Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

A bien des égards, l’âme des dirigeants d’entreprises est animée par l’esprit de conquête. En cherchant à gagner de nouvelles parts de marché, à développer leurs activités sur de nouveaux territoires en imaginant de nouveaux produits, ne cherchent-ils pas à étendre le pouvoir d’influence de leur entreprise ?

A l’ère de la Globalization 3.0, comme l’appelle Thomas Friedman, cet esprit de conquête évolue en intensité et en nature au point de donner naissance à un nouveau paradigme stratégique : le Blitzscaling. Il s’agit d’un néologisme associant le terme allemand « blitz » désignant « l’éclair » et le terme anglais « scaling » qui veut dire « mise à l’échelle ». 

Avec le Blitzscaling les entreprises préfèrent grossir plutôt que grandir. Autrement dit, elles choisissent délibérément l’accélération agressive à la construction raisonnée. Une construction raisonnée suppose de limiter les incertitudes avec la mise en œuvre d’une stratégie consciencieuse, définissant des étapes de progression, une sécurisation des investissements et la recherche d’une cohérence dans le développement efficient de l’ensemble.

L’accélération agressive ne s’embarrasse pas d’autant de précautions car elle ne craint pas l’incertitude, bien au contraire. Ici la stratégie à une obsession : l’expérience client et un objectif : la saturation du segment de marché sur lequel l’entreprise est positionnée et ce, le plus rapidement et sur le plus grand territoire possible. Cette vélocité stratégique est permise aujourd’hui grâce notamment à la propagation des technologies numériques et une somme sans précédent de capitaux disponibles dans certains pays à commencer par les Etats-Unis et la Chine.

L’entreprise emblématique du Blitzscaling est certainement Amazon mais on peut également citer AirBnB, Facebook, Netflix, Xiaomi et Alibaba parmi les plus célèbres. A cela s’ajoute la plupart des Licornes et d’innombrables startup en quête de moyens pour se lancer dans la vélocité stratégique.

Mais cette vélocité a ses revers. Gagner en un temps record une position dominante sur un segment de marché à l’échelle mondiale augmente considérablement les risques d’erreurs et l’inefficacité opérationnelle. De plus, face aux tensions commerciales et fiscales générées par les géants du Blitzscaling, le législateur ne semble pas disposé à la passivité.

Mais si de tels risques sont redoutés par la plupart des entreprises, ils sont acceptés par celles qui adopte le Blitzscaling car pour elles, la lenteur coûte beaucoup plus chère que la vitesse.

Avec le Blitzscaling l’âme de certains dirigeants d’entreprise adopterait ainsi le précepte du célèbre pilote de Formule 1 Mario Andretti : lorsque tout semble sous contrôle, c'est bien la preuve que vous n'allez pas assez vite.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :