La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL STRATÉGIE & MANAGEMENT Notes de lecture Et si la guerre nucléaire...
https://player.vimeo.com/video/356176688?autoplay=1 Ghislain-Deslandes-Et-si-la-guerre-nucleaire-etait-possible--306345986.jpg
26/09/201904:56

L’analyse des risques joue depuis toujours en économie, comme nous le savons, un rôle central. Or les risques de notre économie mondialisée, notamment sociaux et environnementaux, ne manquent pas à l’appel, sauf un : celui constitué par la possibilité de la guerre nucléaire. En France en particulier, nous avons appris que la dissuasion du fort par le faible nous mettait à l’abri ad vitam aeternam de tout conflit qui viserait, du jour au lendemain, à tout détruire. Par des mots, et par des menaces de destruction totale, nous nous croyons sauvés de tout risque nucléaire.


Or, dans son Essai de métaphysique nucléaire, le philosophe Jean-Pierre Dupuy qui travaille sur ces questions depuis plusieurs décennies démontre que ce point de vue, qui forme la doctrine militaire française depuis De Gaulle, est largement erroné. Cette doctrine sous-entend toujours qu’elle fonctionne dans la mesure où cette guerre ne s’est pas encore produite, mais ce raisonnement ressemble hélas à s’y méprendre, je cite l’auteur, « à l’histoire absurde de l’homme qui avait coutume de jeter de la poudre chasse-éléphants depuis la fenêtre de son compartiment de chemin de fer. Qu’il écartât ainsi le danger d’une rencontre inopiné avec un pachyderme lui paraissait suffisamment prouvé par le fait qu’il ne s’en trouvait aucun sur la voie ».


Alors essayons de faire avec Dupuy cet effort d’une compréhension quasi-métaphysique en effet de ce que la dissuasion signifie vraiment. Elle est fondée sur une structure de type MAD, acronyme de « Mutually Assured Destruction », la « destruction mutuelle assurée », dans laquelle les deux ennemis se mettent d’accord sur la conservation des possibilités de riposte de la part de celui qui se ferait attaquer en premier. Il s’agit d’une situation militaire que  mettent en place les belligérants potentiels, afin de permettre à la nation qui subit une attaque d’être certaine de pouvoir riposter dans les mêmes proportions, jusqu’à l’effacement du pays concerné de la carte du monde. La dissuasion a donc pour but d’empêcher à tout prix la première frappe. MAD, qui signifie fou en français, serait en quelque sorte cette via media entre la rationalité la plus stricte et la folie la plus totale, un effrayant mélange d’antagonisme militaire et de coopération bienveillante. Tout se passant comme si la paix nucléaire n’était possible qu’en rendant l’Apocalypse impossible.


Or, nous explique l’auteur, si un tel événement, la première frappe donc, a lieu, toute la stratégie dissuasive est mise en défaut. Deux ordres de risques sont alors analysés : l’un porte sur les caractéristiques psychologiques des dirigeants de ce monde. Comme le faisant remarquer le philosophe Bertrand Russel, la structure MAD fait penser au jeu de la « poule mouillé ». Ce jeu d’enfant qui met en scène deux attelages se dirigeant l’un vers l’autre jusqu’à la probable destruction des deux oblige l’un des deux conducteurs à modifier sa trajectoire pour éviter le choc, se faisant alors traiter de « poule mouillée ». Cette stratégie de la corde raide peut être particulièrement dangereuse lorsqu’elle met aux prises des dirigeants trop soucieux de leur ego. Mais Dupuy, pour nous rassurer sans doute, met finalement ce risque un peu de côté, car au fond malgré les gesticulations de tel ou tel personne ne veut vraiment la guerre.


Ce qui l’inquiète davantage, dans un automatisme tel que MAD le suppose, c’est la possibilité d’un accident, d’une fausse alerte, d’une fake news en quelque sorte, qui pourrait avoir des conséquences incommensurables. Il raconte notamment que la destruction de la planète a été évitée de justesse à plusieurs reprises, notamment pendant la crise des missiles de Cuba où sans la divine, et proprement humaine, intervention de l’officier de marine Vassili Arkhipov, il est très vraisemblable qu’un conflit nucléaire entre la Russie et les Etats-Unis se serait alors produit. Et c’est bien là le souci de Jean-Pierre Dupuy qui est soit dit en passant ingénieur de formation : jamais aucun système industriel ne fonctionne à 100%, cela nous le savons, il n’est donc pas certain que nous soyons absolument couvert contre un dysfonctionnement des mécanismes liés à cette structure. Et ce tout en sachant qu’une dissuasion absolument efficace ne nous garantirait nullement l’interruption de la guerre conventionnelle bien au contraire. Elle en redoublerait le risque car la valeur dissuasive du nucléaire serait alors tout à fait nulle.


En bref, Dupuy nous incite à penser à ces questions auxquelles nous ne réfléchissons guère, pour nous apprendre à vivre avec cette réalité « existentielle ». En référence à son maître René Girard, il nous apprend que la « toute puissance négative » (p. 200) de notre condition nucléaire est le moyen de notre sécurité comme celui de la pire menace qui pèse sur nous. Et que cette condition est aussi pour nous une occasion de méditer sur les difficultés de contenir la violence qui caractérise cependant, et ce depuis la nuit des temps, toutes les sociétés humaines.

Réf. La guerre qui ne peut avoir lieu – Essai de métaphysique nucléaire, par Jean-Pierre Dupuy, Desclée de Brouwer, 2019.


En savoir plus

Mots clés : Idées & débatsViolenceNucléaireMenacesRisque GuerreSécurité

La guerre qui ne peut avoir lieu

La guerre qui ne peut avoir lieu

Auteur : Jean-Pierre Dupuy
Date de parution : 20/02/2019
Éditeur : Desclée De Brouwer
COMMANDER
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier