La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
21/11/201703:44

Face à aux risques d’ubérisation de notre économie, souvent discutée sur cette antenne, et son corollaire la contraction du nombre des emplois salariés, se dessine plusieurs réponses dont la plus probable est la suivante : que chacune ou chacun d’entre nous sera au moins une fois dans sa vie professionnelle amené à devenir entrepreneur de lui-même. 


Moi, petite entreprise de Sarah Abdelnour, édité aux Presses universitaires de France, s’interroge sur les conditions d’apparition  du statut d’auto-entrepreneur, ou plutôt de micro-entrepreneur, comme on dit en France depuis 2016. Ce document analyse aussi sous l’angle sociologique le développement exponentiel de cette réglementation du travail qui a permis à plus d’un million de personnes d’expérimenter la situation de travailleur autonome, en tous cas libéré des contraintes généralement associées au salariat. Une réglementation qui sera amené à se développer dans l’avenir depuis l’accès au pouvoir d’Emmanuel Macron, lui qui souhaitait dans ses précédentes fonctions de Ministre multiplier par trois les seuils d’activités et de revenus tels que fixés actuellement.


Alors ce nouveau régime tiendrait-il toutes ses promesses ? En lisant l’enquête d’Abdelnour on découvre d’abord que l’auto-entreprenariat n’est pas une invention française : en 2003 les allemands élaboraient le dispositif « Ich-AG », tandis que les espagnols quatre ans plus tard imaginaient le dispositif désigné sous l’appellation trabajardores autonomos.


On lit également que le mode projet permanent qui caractérise ces activités contiennent une sorte de paradoxe : certes les modalités d’enregistrement administratives de l’activité sont simplifiées mais cela ne dure que quelques instants, car très vite la bureaucratie reprend ses droits. Alors le micro-entrepreneur apprend à ses dépends qu’il ou elle doit passer une durée non négligeable de son temps de travail à résoudre des problèmes de paperasserie qui dans une entreprise entre guillemets « normale » seraient placés sous la responsabilité de personnes dédiées à ces tâches. Enfin 9 participants 10 voient leurs revenus au titre de l’activité micro-entrepreneuriale inférieurs au Smic, ce qui peut apparaître décevant au regard des espoirs de rémunérations que cette débauche d’énergie est sensée pouvoir générer.


Mais peut-être que l’essentiel de cette étude ne se situe pas là, elle montre surtout trois choses : la première est que le régime couvre souvent une période transitoire, une période durant laquelle l’entrepreneur cherche en fait un emploi salarié. La seconde, plus surprenante compte-tenu des premiers énoncés de l’étude, et je cite ici l’auteur : « qu’il apparaît donc clairement que le dispositif parvient à fédérer une unanimité de soutiens parmi les usagers que nous avons rencontrés, qui transcende leurs divergences de positionnement politique. »


Tout fonctionnerait-il donc comme une troisième voie, entre le capital financier des actionnaires et la force de travail des individus salariés? Ce livre se contentrait-il de faire état finalement d’un nouvel esprit du capitalisme, bientôt vingt ans après la sortie du livre de Boltanski et Chiapello ?

En fait, le principal mérite de cet ouvrage est de nous donner à voir une transformation de l’économie en cours, et le choix de société plus généralement induit par ces développements. Et ce sans y ajouter le caractère mythologique ou simpliste dont se parent de temps à autres certains articles de la presse généraliste qui traitent de ces questions. Il montre aussi, qu’entre salariés à temps partiels, petits patrons, micro-entrepreneurs, intermittents, cadre non salarié, repreneurs d’entreprises artisanales pour donner ici quelques exemples, les frontières de l’entreprenariat populaire et les noms dont on l’affuble, n’ont pas fini de changer.

 

Ghislain Deslandes, L'auto-entrepreneur : de l'utopie à la réalité, une vidéo Stratégie & Management.


En savoir plus

Mots clés : Economie françaiseManagementAuto-entrepreneuriat

Moi, petite entreprise : Les auto-entrepreneurs, de l'utopie à la réalité

Moi, petite entreprise : Les auto-entrepreneurs, de l'utopie à la réalité

Auteur : Sarah Abdelnour
Date de parution : 15/02/2017
Éditeur : PUF
COMMANDER
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier