Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Chronique enregistrée le 15 février 2023

Les discussions qui se sont emparées du monde académique autour de ChatGPT devraient aussi intéresser les entreprises. Doivent-elles s’inquiéter que leurs prochaines recrues ne soient plus capables de rédiger un texte personnel ? Ou doivent-elles au contraire se réjouir si cet outil occasionne un gain de temps inouï pour la rédaction de documents multiples, comme il en existe de nombreux dans les organisations, sans que jamais personne ne veuille ni les écrire ni les lire ?


Dans tous les cas, l’intelligence artificielle fait déjà une entrée en force dans le monde de l’entreprise : bientôt le recrutement ne se fera plus qu’en ligne par le biais d’outils OSC de suivi des candidatures. Ces outils  identifient des candidats selon leurs profils sur une base immense, autrement plus large que sur le mode traditionnel des « candidatures spontanées ».


Cet exemple de gestion RH nous est proposé dans son dernier essai – « Homo numericus » la civilisation qui vient – par l’économiste Daniel Cohen. Ce professeur de l’ENS se répond en quelque sorte à lui-même en reprenant une partie du titre Homo economicus qui lui avait valu en 2012 le Prix du livre d’économie. Dans ce nouvel essai, Cohen prend acte des transformations civilisationnelles induites par le numérique, d’une société qui prône l’égalisation du temps de parole « sans vérité révélée », en insistant sur plusieurs traits :


- Le premier concerne non plus la taylorisation des chaînes de production, et des corps supposés accompagner leur mouvement automatisé, mais celle de la psyché humaine. « Les moteurs de recherche guident les usagers du Net vers des sites de rencontres ou d'opinions censés leur convenir » écrit l’auteur, « les enfermant en pratique dans de nouveaux ghettos numériques » (p. 13). La civilisation digitale nous ferait entrer dans la société de l’addiction, par synthèse annoncée du « silicium et du biologique » (p. 51). Avec le risque que les prothèses comme le téléphone portable prennent finalement « possession du cerveau ».


- Le second est une conséquence du premier : alors que nous savons les risques écologiques qui pèsent sur notre planète, et que plus personne ne joue à faire semblant de les ignorer, l’augmentation du pouvoir d’achat continue d’être la principale revendication des Français. Alors que précisément, comme le rappelle l’auteur, il conviendrait plutôt de « lutter contre l'obsolescence des biens, s'assurer qu'ils sont constitués de matériaux recyclables, et en consommer moins » (p. 217). En fait, en cohérence avec ses travaux antérieurs, Cohen montre que la quête du bonheur, motivation sous-jacente à cette revendication, se joue davantage sur une occupation plus harmonieuse de l’espace social que sur une augmentation du PIB, lequel, comme Robert Kennedy l’annonçait en 1968, « ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur instruction, ni de la gaieté de leurs jeux. (…) Il ne prend pas en compte notre courage, notre sagesse ou notre culture » (p. 122).


- Le troisième est la conséquence du second : l’augmentation du bien-être, ainsi que le démontrent les travaux de Richard Layard, dépend moins de l’augmentation de nos revenus, que de la confiance, de la générosité, voire du taux d’ensoleillement (p. 223). Or, comme pour ne pas céder au pessimisme, Cohen rappelle alors que « l’avantage comparatif » des humains reste finalement de savoir « inventer un monde qui n’existe pas » (p. 3) et de savoir produire des récits nouveaux.


Avec cette conclusion nous sommes en mesure de répondre à la question posée sur l’utilisation ChatGPT, dernier avatar de la « civilisation qui vient » justement. Car ChatGPT n’invente rien, n’imagine rien, ne pense rien même s’il tente de vous faire croire qu’il pense à votre place : il bavarde platement, comme les singes le font très bien entre eux. C’est d’ailleurs le constat grave mais amusant que l’artiste-interprète Nick Cave, évoqué dans un propos antérieur, faisant récemment à l’un de ses nombreux fans qui se sont amusés à demander au logiciel de créer une chanson « dans le style » du chanteur australien: « Cher Mark », répondait-il, Inutile de dire que je ne ressens pas le même enthousiasme (que vous) pour cette technologie. (…)  À en juger par cette chanson ‘dans le style de Nick Cave’, ça ne s'annonce pas bien, Mark. L'apocalypse est en bonne voie. Cette chanson est nulle » Cave ajoutait ceci en forme de conclusion définitive : « Les chansons naissent de la souffrance, (…) et, pour autant que je sache, les algorithmes ne ressentent rien. Les données ne souffrent pas. ChatGPT n'a pas d'être intérieur, il n'a été nulle part, il n'a rien enduré, il n'a pas eu l'audace d'aller au-delà de ses limites, et donc il n'a pas la capacité de partager une expérience transcendante, puisqu'il n'a pas de limites à transcender. »


Publié le lundi 28 août 2023 . 4 min. 18

D'APRÈS LE LIVRE :

Homo numericus

Homo numericus

Auteur : Daniel Cohen
Date de parution : 31/08/2022
Éditeur : Albin Michel
COMMANDER

Les dernières vidéos
Mutation digitale

Les dernières vidéos
de Ghislain Deslandes

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :