CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
https://player.vimeo.com/video/451406617?autoplay=1 Julien-Pierre-Sport-au-travail-adapter-l-offre-et-les-incitations-306347284.jpg
21/01/202104:19

76 : c’est le pourcentage de salariés (d’après le baromètre Vitalité, sport et entreprise) qui pensent que l’entreprise est légitime à proposer des activités physiques et que cela pourrait favoriser leur bien-être. Pourtant, seulement 16 % des Français qui pratiquent une activité sportive le font dans le cadre professionnel. Ce décalage entre les intentions et les actions est d’autant plus surprenant que, dans les faits, il existe de multiples manières d’introduire une offre sportive au travail.

Il faut tout d’abord rappeler que les programmes sportifs peuvent être internalisés et/ou externalisés.
Internalisés dans la mesure où, vous le savez, les prérogatives du Comité social et économique sont, depuis la loi Avice, « d’assurer la gestion des activités physiques et sportives, de favoriser sa promotion et de participer à son financement ». C’est donc le CSE qui, le premier, va distribuer des tickets, coupons ou des chèques sport par exemple.
Externalisés dans la mesure où il existe désormais une pluralité d’acteurs, historiquement des fédérations sportives ou plus récemment tout un écosystème de start-ups, qui proposent des programmes variés et adaptés, en Ile-de-France mais aussi en province. On notera ici que la législation tend à ne plus considérer, comme cela a pu être le cas, une offre sportive interne comme un avantage en nature non déclaré.

On peut ensuite catégoriser les différentes modalités d’introduction du sport au travail en retenant comme critère de classement celui du niveau d’engagement (humain, temporel ou financier) qu’il nécessite.

1- Le premier niveau d’engagement, le plus modeste, consiste à sensibiliser et à encourager les collaborateurs aux bienfaits de la mise en mouvement des corps.
Cela peut commencer par la mise à disposition d’un garage à vélo ou le prêt de matériel privilégiant les mobilités douces. A ce titre, vous savez peut-être que l’État, dans le cadre du « forfait mobilités durables », prend en charge une partie des frais de déplacement domicile-travail à hauteur de 400 € par an et par salarié du secteur privé. On voit aussi çà et là des séances d’échauffements et d’étirements qui se développent, dans le secteur industriel mais aussi dans certaines administrations.

2- Le deuxième niveau d’engagement regroupe l’ensemble des animations sportives proposées de façon ponctuelle. Si des rencontres inter-entreprises sont encore organisées, on mise désormais sur les challenges internes ou intra-entreprises. Ils prennent de plus en plus la forme de défis connectés et gamifiés ou l’on affronte virtuellement ses collègues dans une ambiance résolument conviviale. La coopération vient alors s’associer (ou carrément se substituer) à la compétition.
On peut également miser sur le e-sport qui a le mérite de stimuler l’engagement physique de manière ludique. Ou encore organiser un séminaire de team-building incluant des expériences plus ou moins traditionnelles (et plus ou moins sensationnelles aussi). Attention toutefois à ne pas aller trop loin, trop vite, trop fort car cela pourrait générer quelques malaises (dans tous les sens du terme) ; sachez à ce titre qu’une autre chronique évoque justement, de façon centrale, la question des bénéfices potentiels du sport.
Périodiquement, on peut aussi s’offrir les services d’un coach. A distance, en présentiel ou via des dispositifs ambulants, ces prestataires vont directement à la rencontre des collaborateurs pour animer des pauses actives hebdomadaires.

3- Le troisième niveau d’engagement nécessite un investissement de la part de l’employeur. On peut aménager (ou faire aménager via des prestataires spécialisés) des structures intégrées au cœur même de l’espace de travail comme une salle de remise en forme. A partir d’un certain seuil émergent des associations sportives d’entreprise. Elles régulent, animent, organisent et financent les activités physiques et sportives in situ. Plus modestement, on voit se multiplier les stations de travail actives avec des tabourets fitness, des swiss ball ou des pédaliers directement greffés sous le bureau. De quoi travailler les muscles posturaux, prévenir les troubles musculo-squelettiques et lutter contre une sédentarité galopante.

On le voit, il y a une diversité de clés d’entrées pour intégrer une offre sportive interne qui n’est, faut-il le rappeler, pas nécessairement très coûteuse, que ce soit temporellement, humainement ou financièrement !


En savoir plus
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier