La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL STRATÉGIE & MANAGEMENT Stratégie & Management Sous nos yeux, l'intelligence...
https://player.vimeo.com/video/409791414?autoplay=1 Michel-Mondet-Sous-nos-yeux-l-intelligence-humaine-gagne-la-partie-sur-l-I.A.-306347000.jpg
30/04/202004:00

On entend parler un peu partout des « modèles » des différents épidémiologues et autres instituts de prévision, quant à cette pandémie. Est-ce à dire que l’intelligence artificielle est entrée factuellement dans nos vies ?

Cela fait des années qu’on traite de grands volumes de données qu’on appelle ça de l’économétrie ou de la prospective à moyen terme. L’intelligence artificielle a ceci de particulier dans son acception que la machine serait capable « de penser » en lieu et place de l’homme. Et précisément les circonstances actuelles nous montrent le contraire. Doublement. D’abord, la machine ne peut éviter l’empirisme y compris intellectuel ; or, la crise actuelle n’a jamais eu de similitudes par le passé. Ensuite, on constate que les décisions tant au niveau gouvernemental qu’au niveau des entreprises se prennent de manière collégiales. Chacun exprime son point de vue (lui-même fait de connaissance, de statistiques et de conviction) et émerge alors, un peu sous forme d’hologramme, la décision. C’est un mode de management de la crise qui repose exclusivement sur la capacité de l’homme et de son cerveau à penser.

Mais il y a tout-de-même tous ces modèles, qu’il s’agisse de diffusion du virus ou du risque de vague seconde etc !

Je ne dis pas que l’analyse des données n’est pas nécessaire, loin de là ! Mais, une fois encore, cette crise remet en avant la seule nécessaire capacité à décider à savoir l’homme lui-même. Regardez les conflits sur la pertinence du port du masque. Efficace ou pas efficace ? Pour le porteur ou pour autrui ? Tous les spécialistes que j’ai lus ou entendus sont d’accord sur le fait (lequel s’appuie sur des analyses chiffrées de cohortes, d’expériences etc.) mais tous n’en tire pas la même conclusion. Parce que le cerveau humain pondère ses arguments factuels par des « coefficients d’émotion », eux-mêmes issus de l’expérience, des valeurs, de l’appétence au risque ou encore de la psychanalyse personnelle de l’individu.

En revanche, il y a un domaine où vous ne pourrez pas critiquer la machine, ce sont les élans massifs de solidarité !

Effectivement ! Mais je suis un peu ébahi par cette prétendue découverte de la solidarité. SI vous me permettez une similitude, la fin du XIXème siècle (et le début du XXème) ont vu nos civilisations occidentales devenir très scientistes et/ou « scientifistes ». La science devait avoir raison (un peu comme l’intelligence artificielle). Y compris sur le spirituel. A tel point qu’on a vu cette pensée unique de l’époque combattre toute idée de religion et de Dieu. Aujourd’hui, le spirituel et Dieu sont probablement moins combattus mais laissés pour compte. A tel point qu’on redécouvre les basics de comportement décrits depuis 2000 ans dans ces quatre vieux bouquins que sont les Evangiles. La solidarité, non, ce n’est pas une nouveauté. On a juste un peu trop oublié que l’homme a un devoir sur l’autre.


En savoir plus

Mots clés : Mutation digitaleIdées & débatsEmotionDonnéesIADécisionHumainPandémie

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier