La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/180569017?autoplay=1 Nicolas-Berland-Nicolas-Berland-Supprimez-les-budgets-pour-liberer-les-initiatives--5368.jpg
13/10/201602:42

Pour Jack Welch, « le budget est le fléau des directions générales américaines. Il n’aurait jamais dû exister. Faire un budget est un exercice de minimisation car tout le monde est occupé à négocier les chiffres les plus faibles possible. »


Le propos est clair et sans appel. Il émane d’un bon connaisseur du monde des affaires. Jack Welch a été, durant de nombreuses années, le patron de General Electric, l’une des entreprises les plus emblématiques de la seconde moitié du XXe siècle, célébrée pour ses méthodes de management performantes. Pour autant, le propos est paradoxal car 99 % des entreprises utilisent un budget comme le montrait, dans les années 1990, une enquête de la DFCG (association des directeurs financiers et de contrôle de gestion


Le Cam-I, un consortium regroupant des professionnels d'entreprises, des consultants et des universiatires, a reformulé les critiques à l’encontre du budget et propose une solution originale : sa suppression !


Le contrôle budgétaire correspondrait tout d’abord à un âge d’or de la gestion. Il s’est développé dans le contexte suivant :
- Les marchés et les chaînes de valeur étaient stables.
- Les concurrents étaient connus, et leurs actions prévisibles.
- La disponibilité des capitaux était la principale contrainte limitant la croissance et l’apprentissage.
- Les structures des entreprises étaient centralisées, et les modes de coordination essentiellement hiérarchiques.
- Le cycle de vie des produits et la stratégie des entreprises s’étalaient dans le temps.
- Il était surtout demandé aux opérationnels de se conformer aux règles.
- Le contrôle budgétaire serait un frein au changement :
- Il favoriserait au mieux l’innovation incrémentale
- Il privilégierait l’amélioration des performances fondées sur un taux de rotation de l’activité supérieur et non sur l’amélioration organisationnelle et l’apprentissage..
- Il prendrait mieux en compte les contraintes liées à la production des produits qu’à la satisfaction des clients..
- Il permettrait de gérer le rationnement en capital (allocation de ressources) alors qu’aujourd’hui la ressource rare n’est plus le capital mais le savoir, son partage et son utilisation optimale.


Alors que l’important pour une entreprise serait de maximiser la valeur pour l’actionnaire, le contrôle budgétaire se concentrerait trop sur des indicateurs comptables, dont on connaît toutes les limites quand il s’agit de mesurer la création de valeur. Pour favoriser l’innovation dans les entreprises, les managers cherchent à libérer les énergies disponibles et la créativité..


En revanche, Hope et Fraser les deux animateurs du Cam-I, n’échappent pas à la tentation de préconisations managériales simplistes. Ils proposent une pratique d’entreprise devant ensuite servir de modèle au plus grand nombre, là où la diversité des expériences devrait plutôt l’emporter.


En savoir plus

Mots clés : ManagementRecherche en gestionInnovationBudgetInitiativesRecherche en gestion

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier