Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

La crise du Covid-19 devrait accélérer le déploiement des solutions d’intelligence artificielle dans l’énergie. Elles visent en effet une plus grande optimisation des coûts pour les entreprises de la filière, sujet essentiel en période de récession où les questions de trésorerie deviennent capitales. A terme, l’IA favorise aussi la création de nouveaux gisements de croissance tout au long de la chaîne de valeur. De l’exploration-production à la relation client en passant par la maintenance des équipements, tous les maillons sont potentiellement concernés. Les entreprises tentent au mieux d’intégrer cette technologie, qui se montre qui plus est prometteuse face aux mutations de leur secteur : développement des renouvelables, essor du stockage d’énergie et des micro-réseaux, et libéralisation du marché sont autant de moteurs à l’utilisation de l’IA pour améliorer la gestion des réseaux. Notons que l’appropriation des applications d’IA est plus importante en amont, notamment dans les métiers du trading. En 2019, 18% des énergéticiens avaient déployé à grande échelle des outils d’IA dans la production et le négoce d’énergie. Mais la R&D évolue rapidement sur les autres segments, comme les smart grids, portée par la volonté politique d’améliorer l’efficacité énergétique et de réduire la consommation. Reste que la crise devrait donner un coup d’arrêt aux investissements dans la recherche. Les énergéticiens vont en effet donner la priorité à leur trésorerie et au rétablissement des marges, retardant l’adoption de ces technologies.


Si EDF et Engie sont les plus en avance sur les enjeux d’intelligence artificielle, l’intégration des technologies de l’IA oblige les énergéticiens à recourir à des fournisseurs spécialisés. Ils dépendent ainsi de plus en plus de nouveaux prestataires comme les géants du numérique, équipementiers et start-up. Des start-up qui apportent de nouvelles solutions reposant sur les données dématérialisées issues par exemple de capteurs, profilage d’internautes ou historiques de prix. Elles représentent une menace mesurée pour les groupes de l’énergie, qui cherchent plutôt à les intégrer au sein d’incubateurs ou de projets d’open innovation afin de surveiller leur développement et potentiellement les racheter. Au-delà, les GAFAM sont en passe de s’imposer comme des concurrents redoutables sur les services énergétiques intelligents grâce à la puissance de leur écosystème dans la maison connectée et le smart building. Dans la maintenance prédictive, Microsoft, IBM et C3.ai se révèlent des poids lourds incontournables.


Outre l'optimisation des coûts, les énergéticiens ont bien perçu que l’intelligence artificielle leur ouvre des relais de croissance non négligeables à moyen terme, en particulier dans les services d’efficacité énergétique. Pour profiter pleinement de ce nouveau marché, le développement en interne est une stratégie privilégiée des énergéticiens. Ces derniers devront aussi faire évoluer leurs procédés vers le test and learn, anticiper les enjeux métiers et sélectionner les bons partenaires pour adapter leur organisation aux développements de l’IA. Mais pour les énergéticiens, l’heure est encore largement à la coopération, tant avec les startup qu’avec les géants du numérique. À la différence d’un partenariat « gagnant-gagnant » avec une start-up, le rapport de forces peut rapidement se déséquilibrer en faveur des géants du numérique, reléguant les énergéticiens au rôle de simple producteur d’énergie. La question du partage de la valeur devient dans ce contexte un enjeu central.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER