Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

2020 restera comme l’année du décollage pour l’hydrogène. Après une période de bascule, marquée par la hausse progressive des investissements de nombreux grands groupes industriels, les projets s’accélèrent en Asie et les acteurs publics semblent avoir franchi un cap en Europe. Le plan allemand de 9 Md€ à l’horizon 2030 en témoigne, tout comme la stratégie ambitieuse dévoilée par la Commission européenne en juillet 2020. Quant à la France, elle a présenté son nouveau plan hydrogène à la rentrée, avec 7 milliards d’euros prévus d’ici 2030, dont 2 milliards engagés d’ici 2022 dans le cadre du plan de relance. Alors pourquoi un tel emballement ? Cette avalanche d’annonces s’explique par les belles promesses de l’hydrogène « vert », considéré par beaucoup comme la panacée de la transition énergétique, capable de pallier les problèmes d’intermittence des énergies renouvelables, de se substituer aux énergies fossiles dans les mobilités et de décarboner l’industrie.

À ce jour, le marché de l’hydrogène décarboné demeure pour l’essentiel une niche et la plupart des applications envisagées n’en sont encore qu’au stade expérimental. Les cinq prochaines années correspondront encore à une phase de maturation, avec la validation des technologies et des applications. Ensuite, l’ampleur et la vitesse du développement des marchés de l’hydrogène dépendront du soutien plus ou moins marqué des pouvoirs publics mais aussi de la concurrence de sources d’énergie alternatives. Selon l’étude Xerfi-Precepta, l’industrie constituera le premier débouché en volume de l’hydrogène décarboné en Europe à moyen et à long terme, d’une part en raison du remplacement progressif de l’hydrogène gris (c’est- à dire carboné) par de l’hydrogène bleu ou vert et d’autre part en raison de l’essor de nouveaux usages pour l’hydrogène vert, en particulier dans la sidérurgie. Le deuxième grand marché, en plein essor, sera celui de l’hydrogène pour la mobilité. L’hydrogène vert s’impose en effet comme une brique indispensable pour décarboner les transports, en particulier les véhicules lourds : poids lourds, trains, avions... Son usage dans les voitures grand public semble lui bien plus incertain et la voiture à hydrogène devrait rester une niche pour sans doute les 10 prochaines années…

Sur un marché émergent comme l’hydrogène, la plupart des grands groupes internationaux peuvent prétendre à des parts de marché importantes à condition d’investir massivement notamment en R&D. La France compte plusieurs entreprises internationales ambitieuses et bien positionnées, comme Air Liquide, numéro 2 mondial actuel de la production d’hydrogène gris, derrière son concurrent allemand Linde. L’énergéticien Engie a également tous les atouts pour devenir un leader des nouveaux marchés de l’hydrogène. EDF et Total, longtemps réticents, sont récemment passés à l’offensive tandis que des grands groupes français des transports comme Alstom, Faurecia ou encore Safran prennent aussi position sur l’hydrogène. Parmi les spécialistes de l’hydrogène, les acteurs français sont plutôt en retard sur la concurrence internationale. Les espoirs de futurs champions se concentrent sur McPhy dans les électrolyseurs, Symbio dans les piles à combustibles et PowiDian et Hydrogène de France concernant les intégrateurs.

Alors oui, l’expansion rapide du marché de l’hydrogène ne fait plus de doute. Mais il est primordial de garder à l’esprit que son essor s’inscrit dans le temps long et que le véritable décollage du marché n’est attendu que dans plusieurs années.


Publié le lundi 16 novembre 2020 . 3 min. 42

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :