Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


L'économie de marché face à l'intégration des transactions

Publié le mardi 12 mars 2019 . 3 min. 28

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Dans nos économies de marché, pourquoi existe-t-il des entreprises ? Cette question est purement théorique. Y répondre ne fera pas progresser la pratique du management. Mais c’est une question intellectuellement intéressante à laquelle Ronald Coase et Oliver Williamson ont apporté une réponse assez convaincante qui leur a d’ailleurs valu à chacun de recevoir le prix Nobel. Et cette réponse met en évidence un double paradoxe.

Coase et Williamson ont expliqué que les mécanismes du marché touchent leurs limites quand les transactions qui s’opèrent sur le marché atteignent un coût trop important. Si le coût de la transaction est trop élevé (pour trouver un fournisseur, pour négocier, pour payer le prix demandé, pour se faire livrer en temps et en heure et au bon endroit, au bon niveau de qualité), alors l’acheteur a plutôt intérêt à faire lui-même, à intégrer l’activité, c’est-à-dire à construire en son sein une capacité à satisfaire son propre besoin. Ce qui signifie que l’acheteur potentiel se détourne alors du marché, pas assez efficace, et qu’il choisit de faire en interne, au sein de sa « hiérarchie ».  Il évite ainsi le surcoût de la transaction.

D’où deux mécanismes économiques fondamentaux,

  • d’une part le « marché », (qui par le jeu de la concurrence opère comme un puissant aiguillon poussant à l’amélioration de la performance, à la réduction des coûts et à l’innovation)

  • d’autre part la « hiérarchie », c’est-à-dire l’organisation (à savoir l’emboîtement intégré d’activités au sein d’une même entité, opérant comme une hiérarchie qui ne passe plus commande à un fournisseur, mais qui agit selon les consignes données en interne).

 

Selon la théorie des coûts de transaction, trois mécanismes sont à l’œuvre pour préférer la « hiérarchie » au « marché » :

  1. la fréquence de la transaction : un acteur ne pensera pas à intégrer en interne un savoir faire dont il n’a besoin qu’exceptionnellement, comme de recourir à un architecte ; à l’inverse, il intègrera plus logiquement une compétence nécessaire au quotidien

  2. l’incertitude : face à un marché amont tendu sur certains approvisionnements, plutôt que de courir le risque de ne pas être réalimenté en temps et en heure, l’acteur peut préférer intégrer l’activité en son sein

  3. des actifs spécifiques : quand rares sont les acteurs sur le marché qui disposent d’une machine indispensable pour une fourniture, l’acteur peut préférer acquérir l’équipement rare pour s’autoalimenter.

En ce sens, la théorie des coûts de transaction (fréquence, incertitude, actifs spécifiques) explique pourquoi les entreprises ont émergé pour pallier les déficiences du marché.

Mais alors un double paradoxe apparaît : Si l’échec des économies planifiées, par essence hiérarchisées, n’est plus à démontrer, ce sont les limites de l’économie de marché qui conduisent à d’autres formes de hiérarchies, celle des organisations, celle des entreprises.

Deuxième paradoxe : avec le développement des entreprises en nombre et en taille, et malgré la complexification des chaines de valeur, il est fort possible que le nombre de transactions intégrées aux hiérarchies soit devenu supérieur au nombre des transactions opérées sur la marché, ce qui relativiserait notre conviction de vivre en économie de marché.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER