CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
ACCUEIL BUSINESS Cap décideurs Paix économique : comment...
07/07/202104:03

Face à la crise sociale et environnementale actuelle, nous cherchons au sein de la chaire paix économique de Grenoble école de management, à venir réinterroger les fondamentaux de l’économie et à desserrer l’évidence du discours économique. Une de ces évidences concerne les besoins : ceux-ci seraient illimités et la Terre n’aurait plus la capacité d’y répondre. Si nous avons effectivement dégradé dramatiquement le système terrestre comme nous le rappelle les rapports produits par le GIEC ou le Stockholm Résilience center, on peut par contre venir questionner la dimension illimitée des besoins. Croire les besoins illimités n’est-ce pas confondre les besoins et leurs modes de satisfaction ? Je n’ai pas besoin de manger des hamburgers, j’ai besoin de m’alimenter et je peux choisir de le faire de multiples manières. Mon besoin est ici la subsistance, les hamburgers ou la salade des manières d’y répondre. La paix économique vise à interroger ces réponses afin de concevoir une économie au service du bien commun.

Trois questions me paraissent fondamentales pour réfléchir sur nos modes de satisfaction des besoins.

La première question est relative au type de réponses apportées au besoin : ces réponses sont-elles destructrices ? Sont-elles synergiques, c’est-à-dire qu’elles permettent de répondre à différents besoins simultanément ? Beaucoup des réponses apportées sont des réponses en fait négatives : elles répondent bien à un besoin mais par contre elles détruisent la possibilité de répondre sur d’autres besoins ou de répondre aux besoins à long terme. On peut penser ici à l’agriculture intensive, pouvant s’opérer au détriment des petits producteurs et favoriser la baisse des rendements agricoles. Dès lors, il faut favoriser les réponses synergiques : par exemple, avoir un travail qui a du sens pour soi permet de répondre à un besoin d’identité, possiblement de liens avec autrui et aussi à un besoin de subsistance.

La deuxième question porte sur la pluralité des réponses pouvant être apportées au besoin : existe-t-il une seule forme de réponse ou une multitude ? Avec le développement des GAFA, on saisit clairement le problème que pose l’absence de multiplicité de réponses à certains besoins. De même, tout l’enjeu des politiques de mobilité dans les politiques publiques est de limiter l’usage du « tout voiture » au profit d’une pluralité de mode de locomotion.

Et puis la troisième question concerne le temps consacré par les personnes pour produire certains biens ou services. Quel est l’effort déployé pour satisfaire les besoins et est-ce que les personnes et les organisations considèrent que ces efforts valent la peine ? Tout comme la nature ne jouit pas de ressources infinies, l’être humain jouit en quantité limitée de sa principale ressource pour s’épanouir, le temps. De plus en plus d’entreprises dont certaines partenaires de la chaire paix économique s’interrogent : quelles activités doit-on continuer qui participent bien à répondre à des besoins ? Quelles activités doit-on arrêter ?

Arrêter de gaspiller ce qu’il y a de plus précieux : le temps des personnes, le temps des organisations et l’ensemble des ressources naturelles existantes, voilà sans doute ce dont nous avons urgemment besoin.


En savoir plus
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier