La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Macron et l'écologie...
https://player.vimeo.com/video/273322782?autoplay=1 Ivan-Best-IBE-Macron-et-l-ecologie-pro-business-7682.jpg
20/06/201803:34

Macron et l’écologie pro business

 

Emmanuel Macron a-t-il définitivement choisi la croissance contre l’écologie ? En première approche, cela paraît évident. Entre l’abandon des engagements pris en faveur du bio, le refus d’inscrire  dans la loi l’interdiction du glyphosate, une position française très molle au niveau européen sur le sujet des perturbateurs endocriniens, la délivrance de nombreux permis d’exploitation d’hydrocarbures, notamment Outre-Mer, nombreux sont les arbitrages dénoncés par les écologistes. Pour compléter le tableau, on peut citer aussi l’autorisation donnée à Total d’utiliser massivement de l’huile de palme importée de Malaisie pour son usine de La Mède, et la réduction des études d’impact écologique à leur plus simple expression. Comme s’il fallait choisir entre la croissance et la préservation de l’environnement et qu’un Emmanuel Macron pro-business avait opté sans ambiguïté pour la croissance. De fait, il récuse l’écologie traditionnelle, punitive, qui entend transformer l’homme pour qu’il s’accorde mieux avec la nature. Une écologie qui flirte avec les théories sur la décroissance, dont notre président ne veut pas entendre parler.

 

Macron, un écolo pro-business

 

Mais Emmanuel Macron n’est pas Donald Trump. S’il n’adhère pas à l’écologie traditionnelle, il est tout de même écolo s’agissant de la lutte contre le changement climatique. La politique pro climat a deux mérites à ses yeux : elle est compatible avec le business, et elle rapporte de l’argent à l’État, avec la taxe carbone.

 

Compatible avec le business, car, grâce au progrès technique, il devient parfaitement possible de concilier diminution des émissions de CO2 ET croissance économique. Bien sûr, les investissements nécessaires pour diminuer ces émissions sont importants. Ils se feront au détriment d’autres dépenses, qui auraient pu alimenter la croissance par ailleurs. Certains secteurs d’activité en pâtiront. Mais les coûts de production de l’électricité à partir des  énergies renouvelables ont chuté récemment. La baisse atteint 80% depuis 2009 pour le photovoltaïque, et 40%  pour l’éolien terrestre. Elle laisse entrevoir la possibilité d’une économie décarbonnée sans effort insurmontable. Il n’est plus question d’obérer le pouvoir d’achat des ménages et de grever les comptes des entreprises par un prix de l’électricité démentiel. Le business s’en accommodera très bien.

 

Quant à la taxe carbone, elle permet de lever des sommes importantes, pour réduire le déficit public, un objectif central de la politique économique aux yeux d’Emmanuel Macron.

 

Une logique finalement modérée

 

Sur ce dossier du climat, composante essentielle de toute politique écologique, il a donc fait avancer les choses. Il a notamment décidé d’accélérer la montée en puissance de la tarification du carbone, une stratégie approuvée par l’ensemble des spécialistes.  Afficher une trajectoire du prix du carbone, comme l’a fait le gouvernement, est la meilleure façon de donner des signaux clairs aux entreprises, et d’orienter leurs investissements  vers la transition énergétique. De ce point de vue, la France n’est absolument pas en retard sur les autres pays européens, bien au contraire.

 

Quand il arbitre en faveur du nucléaire, ce qui fait bien sûr hurler les écologistes, Emmanuel Macron s’inscrit tout autant dans une politique favorable au climat et en même temps au business.

 

Cependant, il ne va pas vraiment au bout de cette logique pro-entreprises. Elle pourrait passer, aussi, par une politique de l’offre, dopant l’industrie des énergies renouvelables. Celle-ci est dominée par la Chine aujourd’hui, notamment en ce qui concerne le photovoltaïque. Une véritable politique industrielle serait nécessaire en faveur de ce secteur. Manifestement, Emmanuel Macron n’en a pas perçu l’intérêt. Du coup, il ne s’engage pas pleinement en faveur d’une croissance verte.


Mots clés : Politique économiqueEnergie / EnvironnementCroissanceCroissance verteEcologieClimatEnergies renouvelablesTaxe carbone

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier