Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Grandes écoles et déficit d’entrepreneuriat

Publié le jeudi 3 mars 2011 . 10 min. 10

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Ni notre culture, ni notre système de formation n'accordent la place qu'elle mérite à l'ambition de créer et développer une entreprise. Si nous avons en France des grandes entreprises puissantes, nous manquons terriblement de PME, et encore plus de fondateurs de PME audacieuses. Nous avons certes plus de très grands groupes, mais nous avons beaucoup moins d'entreprises de taille moyenne que nos voisins. Ce manque de désir d'entreprendre est particulièrement criant dans les filières d'élite, les grandes écoles. Trop peu de diplômés de ces établissements prestigieux ont envie de créer leur entreprise. Le passage à l'acte est encore plus modeste. Moins d'un élève sur vingt des très grandes écoles est amené à créer une véritable entreprise au cours de sa carrière. Un chiffre qui tranche avec les scores des grandes universités américaines. Quelques cas - souvent les mêmes - montés en épingle par la presse « managériale » ne doivent pas faire illusion. Nos filières d'élite forment des managers, des hauts fonctionnaires, des experts dont la valeur est reconnue au plan international. Mais nos filières d'élites ne savent guère engendrer des fondateurs. Des créateurs d'entreprises qui devront commencer comme « petits patrons ». Petit patron, voilà une étonnante expression dont la connotation péjorative est spécifique à la langue française. Tout un symbole ! Prenons les filières entreprenariat ou « création d'entreprise » de nos plus grandes écoles de commerce. Leurs étudiants sont bien formés aux grands modèles stratégiques, aux business plan, aux subtilités du LBO, aux stratégies de valorisation et de revente. Ils y sont bien mieux préparés qu'à affronter les mille et une difficultés du développement d'une société en croissance qui doit faire face à la complexité du développement. Quelle école sait préparer psychologiquement ses étudiants à affronter les périodes de turbulence ? J'ai même détecté le master entreprenariat d'une très grande école dont l'un des objectifs est de former des « experts en entreprenariat » ! tout un programme.... Dans ces conditions, faut-il s'étonner que la motivation avouée d'une large part des jeunes diplômés qui créent une start-up est de la revendre au plus vite pour empocher leur plus-value. L'idéologie du « take the money and run » en quelque sorte. La situation est peut-être encore plus grave dans les grandes écoles d'ingénieurs. Une récente étude de l'Institut Montaigne révèle que seuls 5% des ingénieurs français créeront leur entreprise au cours de leur carrière. Dans nos grandes écoles d'ingénieurs, l'attrait du monde de la finance, souvent à l'étranger - voire au grand large - à Londres, New York, Singapour ou Shanghai, a depuis plus de 10 ans pris le dessus sur le goût de l'innovation technologique. Sélectionner et former des ingénieurs au plus haut niveau, avec des cursus coûteux largement financés par des budgets publics, pour qu'ils aillent exercer massivement leurs talents sur les marchés financiers internationaux, quel gâchis ! Au point que nombre d'entreprises industrielles éprouvent des difficultés à recruter des ingénieurs. Louis Gallois, Président d'EADS, observe avec regret que certaines années, le nombre d'ingénieurs « Supaéro » qui rejoignent l'aéronautique se compte sur les doigts d'une main. Le secteur aérospatial est pourtant l'un des domaines d'excellence majeur de l'économie française ! L'émergence de sociétés technologiques aux Etats-Unis, en Allemagne, dans les pays scandinaves, voire dans des petits pays comme Israël ou Singapour force notre admiration. La France dispose pourtant de tous les atouts scientifiques et techniques pour figurer aux avant-postes de l'innovation. Tout, y compris les sources de financement grâce au capital-investissement. Tout sauf un nombre conséquent d'entrepreneur. Mais il n'y a pas que les hautes technologies. L'Italie continue de créer une multitude d'entreprises familiales dans le design, la mode, le luxe, le meuble, l'équipement de la maison. Il faut bien constater que ces secteurs ne subsistent plus guère en France que dans le périmètre de grands groupes qui les ont rachetés. Le fondateur a revendu. Et s'il s'agit d'une société technologique, c'est le plus souvent à un groupe étranger. Pour expliquer notre pénurie d'entrepreneurs issus de l'enseignement supérieur et des filières d'élite, on se contente habituellement d'un argumentaire convenu. On multiplie les lamentations sur les charges sociales, les seuils sociaux, la fiscalité, les complexités administratives. On pointe aussi du doigt les banques, la frilosité des investisseurs en capitaux propres. Quant on prend de la hauteur, on invoque aussi l'ambivalence des relations des français face à la réussite et à l'argent. Chacun de ces arguments a bien sur sa part de vérité. Nos élites politiques, de droite comme de gauche, connaissent trop mal l'entreprise, et en particulier la PME. Mais cela ne suffit pas à expliquer le faible appétit des français pour l'aventure entrepreneuriale. Il faudrait davantage s'interroger sur les conséquences de notre aversion au risque, notre goût immodéré pour la sécurité et les itinéraires professionnels balisés, les voies royales dans la haute administration et les postes rémunérateurs au sein des grands groupes. De fait, nous payons très cher la dévalorisation de l'image de l'entrepreneur dans la société française. Oui, nous avons un problème de culture, où plutôt d'inculture économique. Les Français ne comprennent rien aux motivations de l'entrepreneur, trop vite associées à l'appât du gain. Il y a un siècle, l'économiste Schumpeter a écrit des phrases très justes sur la psychologie profonde de l'entrepreneur. C'est quelqu'un qui est avant tout animé par un goût immodéré pour l'innovation, le désir de bousculer l'ordre établi, la lutte contre le conformisme, la capacité de vaincre les résistances, de convaincre et d'entraîner ses collaborateurs vers de nouveaux horizons. L'entrepreneur est un aventurier et un créateur. Osons même dire que l'entrepreneur est un transgresseur qui prend un malin plaisir à modifier les règles du jeu. La France, celle des concours élitistes et de l'apprentissage du conformisme, en manque cruellement. Nos grandes écoles, parce qu'elles ont l'ambition de drainer et de former les meilleurs, ont leur part de responsabilité. Tant dans leur sélection que dans leurs programmes, elles ne valorisent pas suffisamment l'imagination, la créativité, l'originalité, la saveur du risque. Le risque, le vrai, lorsqu'il s'agit par exemple de se battre dos au mur pour faire émerger une société et créer des emplois, ou encore sauver une entreprise et les postes de ses salariés. L'enseignement de nos filières d'élites doit davantage stimuler la capacité d'innover et de créer. Il lui faut valoriser les qualités d'intuition liée à notre intelligence émotionnelle autant que les qualités de déduction rationnelles. Et pourquoi ne pas favoriser l'audace, voire l'impertinence, plutôt que le conformisme ? Et puis, nos grandes écoles devraient mettre les étudiants face à leurs responsabilités particulières pour préserver l'intérêt national. En un mot, ces diplômes prestigieux devraient bien plus engager aux devoirs envers la société. Il manque à la France plus de 10.000 entreprises de plus de 200 salariés. Combler ce déficit devrait être une priorité nationale. Une priorité qui concerne tout particulièrement la sélection et l'enseignement de nos grandes écoles.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER