La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Il faut baisser les charges...
https://player.vimeo.com/video/244179127?autoplay=1 Olivier-Passet-OPA-Il-faut-baisser-les-charges-sur-le-travail-tres-qualifie-6947.jpg
27/11/201704:47

Le gouvernement réfléchit à une extension de la baisse des charges à trois fois le SMIC, pour renforcer la compétitivité et l’attractivité des secteurs les plus exposés à la concurrence. Pour un grand nombre d’économistes, c'est une hérésie car seules les baisses de charge au voisinage du SMIC seraient efficaces.


Leurs arguments sont les suivants :


• Le chômage se cristallise en France sur les faibles qualifications rémunérées à proximité du SMIC.

• A ce niveau de qualification, le faible pouvoir de négociation des salariés et la concurrence intense entre candidats fait que la baisse de charges se transforme bien en baisse de coût, et non pas en hausse de salaires.


• Au-delà, ce sont les entreprises qui sont en position de faiblesse. Face à la rareté des compétences, elles peinent à recruter et les baisses de charges se transforment en hausses de salaire pour attirer les talents. Résultat, il n’y a pas d’effet sur l’emploi et le chômage.


Le problème français n'est pas centré sur le travail peu qualifié


Tout ceci est logique, mais pas nécessairement vrai : la France n’a pas de déficit de travail peu qualifié au regard des autres pays développés. Ce n’est pas sur cette catégorie d’emplois que se crée l’écart avec nos concurrents. Et d’ailleurs, l’OCDE met aujourd’hui en alerte sur l’impact délétère de la dégradation de la qualité de l’emploi sur la productivité, dans un pays comme le Royaume-Uni notamment.


La France peine plutôt aujourd’hui à atteindre la masse critique sur les secteurs qui produisent de la valeur exportable ou à forte externalité sur tout le reste de l’économie (services aux entreprises, santé, éducation par exemple). Ces secteurs sont précisément ceux qui entrainent le reste de l’économie et permettent d’accéder au plein emploi par effet indirect.


La France a certes développé le B-to-B de pointe en amont et en aval de l’industrie, mais encore insuffisamment pour compenser les pertes dans le secteur manufacturier et rééquilibrer sa balance des paiements. Elle s’est encore repositionnée insuffisamment sur les secteurs porteurs (numérique, bio, nano, santé, nouvelles mobilités…) pour bénéficier pleinement  de la demande au plan mondial.


Attractivité et pression concurrentielle sont les oubliées de l'analyse


Si l’on part de ce diagnostic, étendre la baisse des charges aux plus hauts salaires peut être pertinent. Et vouloir cantonner l’État au rôle de facilitateur du grand déversement sur les jobs précaires de basse qualité s’avère au contraire une erreur stratégique lourde.


D’autant plus lourde que réduire la politique de baisse des charges au niveau des salariés les plus qualifiés à une pure aubaine captée par le salarié, sans effet sur l’emploi, est très réducteur. :


• Ce type de raisonnement ne prend en compte que la concurrence sur le marché du travail, et non pas sur celle des biens et des services. Si un salarié appartient à un secteur sous forte pression concurrentielle, il est peu probable que l'entreprise répercutera la baisse des charges en hausse de salaire. Elle l’exploitera pour compresser ses coûts et améliorer sa part de marché.


• Il ne prend pas non plus en compte l’enjeu de l’attractivité dans un contexte de mobilité des plus qualifiés ou du capital. Le coût du travail qualifié n’est pas neutre sur les choix d’implantation des firmes, et, inversement, de trop faibles salaires induisent une fuite de cerveaux préjudiciables à la compétitivité et à la croissance d’une économie.


Travail trop cher, salaires trop bas : voilà pourquoi la baisse des charges est une bonne idée


Or, si on compare le niveau de coût horaire du travail en France dans les secteurs à forte intensité en travail qualifié (finance, services spécialisés aux entreprises, secteur de la communication, grands services de distribution d’énergie) à celui de ses principaux partenaires, on constate que la France surplombe systématiquement ses deux principaux concurrents : l’Allemagne et de Royaume-Uni.


La France est ainsi dans cette position inconfortable : un coût du travail relativement élevé dans les services exposés à la concurrence, qui nuit potentiellement à sa compétitivité, et un salaire net après impôt assez peu attractif. Voilà pourquoi étendre la baisse des charges n’est pas l’hérésie que prétendent beaucoup d’économistes.

 

Olivier Passet, Il faut baisser les charges sur le travail très qualifié, une vidéo Xerfi Canal Economie.


En savoir plus

Mots clés : Politique économiqueEmploi, salaires, travail Coût du travail

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier