Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Que faire?? Que faire à ce stade de la crise pour accélérer la récupération de l’offre et de l’emploi?? Les mesures massives de soutien à l’économie débloquées durant le confinement sont avant tout des mesures de sauvetage. En dépit de leur montant considérable, elles ont une vocation défensive. Il s’agissait d’abord de limiter les pertes des agents privés, avec l’idée qu’ils pourraient ainsi repartir du bon pied et remettre à flot rapidement toutes les capacités installées.


Le sentier de récupération s’étirera sur plus d’un an


Mais, il faut se rendre à l’évidence, ce scénario à peu de chances de se dérouler de façon spontanée. Du moins lorsque l’on met bout à bout toute l’information disponible à ce jour. Le décrochage de l’activité du premier trimestre est connu : -5,8 %. Ce qui signifie un décrochage instantané de 36% de l’activité à l’entrée en confinement. Depuis, par le truchement de la vente à distance, un fil d’activité a repris, et l’on estime que l’économie tourne actuellement 33% en deçà de son niveau normal. Imaginons un instant que par enchantement l’économie ait retrouvé subitement et intégralement son niveau normal et sa tendance dès 11 mai. Le PIB décrocherait alors de 5% en 2020 et rebondirait de 6,5% en 2020.


Tout montre cependant que nous serons loin de ce scénario idéal. Si l’on prend en compte les secteurs qui continueront à être pénalisés durablement par les mesures de protection sanitaire (le transport, l’hôtellerie-restauration, les services aux ménages), soit 10% du PIB, ou le commerce de détail dont le chiffre d’affaires demeure altéré par la contrainte de distanciation sociale, le rétablissement à 100% du PIB n’est pas concevable à brève échéance. Si l’on prend en compte les dernières enquêtes de la banque de France sur le niveau d’activité prévu fin mai, il est clair que le processus de sortie est graduel. L’enquête réalisée par Xerfi auprès de 1130 dirigeants confirme que le sentier de récupération, très progressif, s’étirera sur plus d’un an.


Un ajustement brutal sur l’emploi


Sur la base de ce constat, il serait illusoire de penser que l’emploi résistera sans la béquille du chômage partiel. D’ores et déjà, les premiers chiffres disponibles montrent que la frange la plus précaire de l’emploi (les CDD courts en fin de droit dans les services et l’intérim) a connu un ajustement extrêmement brutal dès la fin mars : 453 000 emplois ont déjà été détruits par rapport au début de l’année, 96% relevant des services marchands (hôtellerie et restauration, commerce, services aux ménages) et près des 2/3 des destructions étant le fait de l’intérim. C’est la première fois que l’ajustement de l’emploi est plus brutal dans les services que dans l’industrie. La rupture de cette première digue en entraînera d’autres et cela participe à l’impossibilité d’un retour rapide de l’économie à son niveau initial. Au rythme où s’enclenche le processus, il faut s’attendre à 900 000 destructions d’emplois d’ici la fin de l’année. Ajouté à la décote de rémunération liée au chômage partiel, cela signifie que le revenu des ménages ne sortira pas indemne de cet ajustement. Sur la base de ces constats, nous estimons que le décrochage du PIB pourrait avoisiner -9,5% en 2020, et que son rebond de 9% en 2021 ne permettra pas de recoller à la tendance.


Projet industriel et soutien (limité) à la consommation


D’où l’évocation logique d’un deuxième plan de relance, destiné à soutenir la demande pour accélérer le retour des entreprises à leurs pleines capacités et éviter que l’économie ne s’engage dans une dynamique récessive lourde pour plusieurs années. Il s’agit en fait du plan de la dernière chance pour éviter que le chômage ne sédimente en chômage longue durée, et pour limiter les destructions irréversibles de capacités qui plomberaient durablement le potentiel de croissance.


Cela étant dit, le modus operandi d’un tel plan bute sur de grosses difficultés.


1. La première difficulté d’un tel plan est de mordre sur les comportements d’achat des ménages, alors même que ces derniers disposent déjà d’une épargne involontaire.


2. La seconde difficulté est d’éviter que ce soutien ne vienne renforcer le report spontané de la dépense privée sur les biens importés. En effet, l’impossibilité de se porter sur les services ancrés sur le territoire (mobilité, tourisme, divertissement, culture, loisirs, etc.) va renforcer la tendance au report de la consommation sur les biens d’équipement ou d’aménagement de la maison où des équipements de loisir individuels.


Pour éviter ce double écueil, le soutien à la consommation doit demeurer circonscrit au soutien au revenu et à la reconversion des personnes dont l’activité est sinistrée durablement et lourdement par la crise sanitaire (les petits emplois salariés ou indépendants dans les services, les professions artistiques, etc.), dont le déclassement constitue une bombe à retardement sociale à haut risque.


Le plan de relance doit ensuite se doubler d’un projet industriel ancré sur le territoire. Il devra de la sorte être thématisé, ciblé sur des projets de développement et de reconversion ancrés sur le territoire. La relance peut être verte, numérique, accompagner le besoin de reconversion de certains services essentiels (transport collectif, restauration ou commerce) ou encore soucieuse de restaurer notre autonomie sur les secteurs stratégiques.


Mais dans tous les cas, pour être efficace, la relance devra renforcer le soutien à l’investissement par un fléchage de la demande, en adéquation avec les projets d’investissements portés par l’État.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER