La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco La bourse révèle le...
https://player.vimeo.com/video/338676563?autoplay=1 Olivier-Passet-La-bourse-revele-le-decrochage-de-l-Europe-face-aux-Etats-Unis-306345756.jpg
31/05/201903:57

On assiste depuis la crise de 2008-2009 à un véritable décrochage des bourses de la zone euro par rapport aux indices américains. Il suffit de comparer l’indice Stoxx de la zone euro à l’indice S&P 500, pour prendre la mesure du mouvement. Et l’ampleur comme la datation du décrochage sont encore plus visibles lorsque l’on rapporte les deux séries. Alors que les marchés européens étaient largement au diapason de la bourse américaine, jusqu’en 2008-2009, avec une érosion lente néanmoins des valeurs européennes par rapport aux valeurs américaines, l’histoire s’est brutalement emballée dans la dernière décennie.


Rachats d’action par les entreprises US


On pourrait penser en première analyse, que des fondamentaux simples expliquent cette divergence. Le potentiel de croissance européen a été fortement pénalisé par la rigueur et par une démographie qui marque le pas. La crise a durablement érodé la productivité et la profitabilité des entreprises. Expliquant la médiocre performance des titres européens. Sur ces différentes dimensions, les Etats-Unis surclassent l’Europe. Mais cette explication est insuffisante. Les infléchissements sont de même ampleur de part et d’autre de l’Atlantique. Les écarts que l’on observe aujourd’hui sont ceux que l’on observait déjà au cours des années 90-2000. Un surcroît de rythme de croissance de l’ordre de
1 point à moyen terme, en faveur des États-Unis, après comme avant crise. Sur fond le freinage démographique plus prononcé en Europe et de productivité molle. Difficile sur cette base macro-économique d’expliquer le décrochage européen. D’autant que la profitabilité des entreprises européennes, appréciée sommairement ici à travers les taux de marge, a fait preuve de résilience, comme de l’autre côté de l’Atlantique.


Derrière cette divergence, il y a certes le caractère massif des rachats d’action aux États-Unis, pratique sur laquelle les entreprises américaines ont consacré plus de la moitié de leurs bénéfices depuis 2010. Cette pratique demeure de bien plus faible ampleur en Europe.


Pas de géants du digital en Europe


Mais il y a surtout en arrière-plan de véritables causes structurelles, qui apparaissent au grand jour lorsque l’on observe de plus près les valeurs boursières par grands secteurs. L’écart Europe/États-Unis se crée en fait depuis 2009 sur deux grands secteurs : le secteur médical, lequel intègre les géants de la pharmacie, et surtout le vaste secteur des technologies de l’information, qui contient les géants du digital notamment. A contrario, Europe et États-Unis font quasiment jeu égal sur l’industrie classique.


La divergence des indices boursiers, sanctionne finalement ce que l’on sait déjà. L’Europe a su construire des groupes industriels robustes efficients dans les secteurs matures. Et c’est sur ce créneau aujourd’hui qu’elle bâtit sa puissance commerciale. Elle n’a pas su en revanche se positionner sur les secteurs de rupture, moteurs de la croissance de demain. Elle joue les seconds rôles dans le numérique, dans la périphérie des GAFA. Et l’écart de valorisation dans la santé, là où se joue la course aux bio et nanotechnologies, deuxième enjeu décisif de la compétition technologique, surligne à nouveau la difficulté européenne à engager des investissements massifs et coordonnés, lui permettant d’occuper une position de leadership.


Le décrochage Boursier européen est finalement le juste reflet d’un continent adaptatif, efficace sur les secteurs matures, mais qui ne se met pas en position de rafler la mise sur les nouveaux secteurs stratégiques, pivot de la création de valeur contemporaine et future.


En savoir plus

Mots clés : Economie mondialeEurope / Zone euroInvestissementCroissanceCriseEtats-UnisBourse

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier