De l'intelligence des données à l'expertise augmentée
Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses de Xerfi


Où en est-on de la politique de l’offre en France ? Les coups de projecteurs médiatiques se succèdent, jusqu’à la dernière loi Macron. Sans que les incantateurs de la réforme n’y trouvent leur compte. Alors faisons le point sur ce qui a été fait, ce qui impacte déjà les entreprises et ce qui reste à faire.
Importante remarque de contexte au préalable. On peut dire des politiques de l’offre ce que l’on dit des politiques monétaires. Attendre d’elles une relance, c’est croire que l’on peut pousser une bille avec une ficelle. Le mouvement ne viendra pas de la ficelle. Idem pour les politiques de l’offre. Elles ne produisent leurs effets que lorsque la demande est déjà en mouvement. En allongeant la ficelle, elles amplifient la dynamique. Or précisément, les chocs positifs qui boostent les demandes européennes aujourd’hui revalorisent du même coup les effets à attendre des politiques d’offre.
Le chantier de la réforme fiscale d’abord. Avec la grosse brique du CICE mais aussi toute la séquence à venir de baisse d’impôt sur les entreprises.
Pour le CICE avouons que nous pataugeons un peu sur sa montée en charge.  Les indicateurs de coût du travail en portent déjà la trace de manière significative. Les coûts horaires français rapportés aux coûts allemands du travail régressent significativement depuis 2013.   Et si je prends en compte le fait que nos capacités sont aujourd’hui moins utilisées en France qu’en Allemagne, et que notre investissement s’est mieux maintenu, nous pouvons attendre une accélération de la productivité plus marquée de ce côté-ci du Rhin, qui devrait participer aussi à la réduction de notre écart de compétitivité avec l’Allemagne. On s’étonne pourtant de ne pas trouver plus de traces du dispositif dans les comptes d’entreprises de l’INSEE.   Il semble que la réforme fiscale n’a pas eu d’autre effet à ce stade que de stabiliser la pression fiscale... difficile dans ses conditions d’évaluer les conséquences macro-économiques du dispositif.
Il y a ensuite tout ce que promet le pacte de stabilité en termes de décrue de la fiscalité dans les 3 ans. La suppression graduelle de la C3S à partir de cette année. A quoi s’ajoute 4 à 5 milliards de baisse des cotisations familles en 2016. La suppression de la surtaxe sur l’impôt sur les sociétés…. Et surtout l’amorce d’une décrue de l’IS en 2017. Tous ces éléments pourraient percuter une économie en reprise, on l’a dit, et produire d’autant plus effets que la demande sera porteuse.
Je ne m’attarde pas ici sur la loi Macron. Même si sa portée est loin d’être négligeable, ses effets resteront diffus à moyen terme. J’aimerais plutôt rappeler ce qui a été lancé avant. Que l’on oublie mais qui commence à produire des effets tangibles :
 Les 34 plans de la nouvelle France industrielle, lancés en septembre 2013.  Et destinés à coordonner tous les protagonistes (administrations nationales ou locales, entreprises, organismes de recherche et de formation) autour de de projets novateurs. Et à flécher les financements notamment de la BPI et du commissariat à l’investissement. Les feuilles de routes sont aujourd’hui définies, sous la responsabilité de chefs de projets issus de l’industrie.  Et les réalisations sont attendues dès 2015. Leur suivi est accessible sur le site de Bercy.
A cela s’ajouteront bientôt les projets issus du rapport Lemoine sur la transformation numérique de l’économie française. Je pourrais évoquer également tout le travail accompli autour de la valorisation de la French tech avec notamment la récente démonstration de force réussie des start-up françaises au Consumer Electronics show de Las Vegas…
De la poudre aux yeux pour certains….de l’essaimage. Et pourtant à force d’initiatives convergentes, de mutualisation des moyens, la planification stratégique semble peu à peu trouver ses marques. Nous parlions il y a deux ans de pointillisme  de l’offre. Un pointillisme qui avec du recul commence à prendre sérieusement forme.


Olivier Passet, Le choc externe va catalyser la politique de l'offre, une vidéo Xerfi Canal TV


Publié le mardi 27 janvier 2015 . 3 min. 55

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :