La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Le dynamisme productif...
https://player.vimeo.com/video/126150425?autoplay=1 Olivier-Passet-Le-dynamisme-productif-francais-est-bien-meilleur-qu-on-ne-le-dit-3655.jpg
12/05/201504:45

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses - Xerfi

 

Je voudrais vous démontrer ici comment un simple changement de perspective peut modifier en profondeur et même radicalement le diagnostic que l’on peut porter sur le dynamisme productif de l’économie française. Je ne m’appuis ici que sur les données de l’INSEE, en essayant de prendre en compte plusieurs phénomènes importants : D’abord le fait que l’industrie s’est recentrée vers des fonctions à plus forte valeur ajoutée. Il nous faut donc privilégier les indicateurs qui prennent le mieux en compte cet aspect qualitatif. Ensuite le fait que le périmètre de l’industrie a fortement évolué. Notamment parce qu’elle externalise des pans entiers de son process sur d’autres secteurs. Il est donc pertinent de prendre en compte toute une série d’activités B2B qui s’insèrent dans la chaîne de valeur industrielle. Mais aussi parce que des pans entiers de l’économie de service élaborent des produits complexes, échangeables à l’international et selon un process proche de l’industrie classique. Partons maintenant de l’indice phare de suivi de l’activité industrielle à court terme. L’indice de production industrielle, l’IPI. Cet indicateur tente de cerner au plus près les quantités produites par l’industrie en pondérant les différents biens en fonction de leur poids dans la valeur ajoutée pour une année donnée, en l’occurrence 2010. Certes l’industrie représente une faible part du PIB aujourd’hui. Mais si les conjoncturistes lui portent autant d’attention c’est d’une part, parce qu’elle est au diapason des composantes les plus cycliques de l’activité : les biens durables, les biens d’équipement et les exportations notamment ; C’est d’autre part, parce qu’on lui prête un pouvoir d’entrainement sur toute une série d’activités de services en aval et en amont, liées à la logistique, au transport, à la conception, à la distribution etc. Que nous dit l’IPI ? Que sur 25 ans la production a régressé en niveau absolu, et qu’elle demeure aujourd’hui 17% en dessous de ses pics de 2008. Regardons maintenant la production industrielle en volume selon les comptes de branches de l’INSEE. Son élaboration est sensiblement différente de celle de l’IPI. Le partage entre prix et volume est obtenu par chaînage, une technique qui permet de mieux prendre en compte la déformation de structure de l'économie. Sa recomposition vers les biens à plus forte valeur unitaire ou à plus haute technologie. Disons pour faire court que l’indicateur restitue beaucoup mieux que l’IPI, la montée en gamme de la production. Que voit-on alors ? Que contrairement à l’IPI, la production a progressé de 25% depuis 1990. Elle n’a pas en revanche restauré ses niveaux d’avant crise et stagne depuis 2010. Regardons ensuite la valeur ajoutée du secteur manufacturier, qui retranche les consommations intermédiaires et se concentre sur la valeur créée au sein de la branche et sur le territoire. Elle croît plus que la production, ce qui est plutôt contrintuitif par rapport à l’idée d’une externalisation croissante. Cela tient au fait qu’en externalisant, l’assemblage à l’étranger ou certaines tâches de services sur d’autres branches, le secteur manufacturier s’est recentré sur les opérations à plus forte valeur ajoutée (à plus haute compétence donc). Je suis maintenant sur une progression de 45 % sur 24 ans. Mais là encore la crise a laissé une empreinte durable après 2008. Elargissons maintenant le champ de l’analyse et réintégrons dans notre observation toute une série de services à dominante B2B, incorporés à l’industrie ou directement échangeables l’international : les services aux entreprises, le transport, les secteurs de l’information et de la communication, les grandes entreprises de réseau dans l’énergie, le retraitement et, enfin, la finance. Que voit-on maintenant ? Que la progression de la production est de 65% sur 25 ans. Que non seulement les niveaux d’avant crise sont récupérés mais que l’activité tend peu à peu à redécoller. Bref le contraste avec le diagnostic qui ressort de la seule observation de l’IPI est saisissant. Je terminerai sur un dernier point. La comparaison France Allemagne selon que l’on se réfère à l’indicateur le plus pauvre c’est-à-dire l’IPI. Désastreuse pour la France. Ou selon que l’on se réfère à la valeur ajoutée industrielle au sens large… Les conclusions tout simplement diamétralement opposées. De quoi ébranler bien des certitudes sur notre décrochage industriel  vis-à-vis de l’Allemagne.

 

Olivier Passet, Le dynamisme productif français est bien meilleur qu'on ne le dit, une vidéo Xerfi Canal TV


En savoir plus

Mots clés : Economie françaiseServicesCroissanceExternalisationValeur ajoutéeProduction manufacturière

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier