La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco La bombe à retardement du...
https://player.vimeo.com/video/151127504?autoplay=1 Olivier-Passet-La-bombe-a-retardement-du-boom-des-fusions-acquisitions-4472.jpg
14/01/201604:07

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses - Xerfi

 

2015 année record pour les fusions acquisitions, les FUSACs comme on dit. Je ne reviens pas ici sur les chiffres, très largement médiatisés de Thomson Reuters, qui battent tous les records depuis 1980. Je voudrais ici me concentrer sur les raisons qui sous-tendent cette tendance forte, qui n’est pas prête de se tarir, et sur ses implications. Je ne m’attarde pas ici, sur ce qui appartient au cours normal des choses.

 

Voilà trois ans que nous soulignons que les phases de sorties de crises sont propices à ce type d’opération. Tout simplement, parce qu’après un longue phase d’attentisme stratégique, la revalorisation des cours et la restauration des trésoreries redonnent aux groupes les moyens de financer leurs opérations de restructuration, et de consolider leur secteurs sur le dos des perdants. Mais ce à quoi on assiste aujourd’hui, avec des méga deals qui dépassent l’imagination, comme celui de Pfizer et Allergan, par exemple, révèle à la fois la puissance de feu financière de certains groupes, après des années de sous-investissement, et surtout l’hyper-abondance des liquidités auxquelles les fonds de capital investissement et les banques d’investissement ont aujourd’hui accès.

 

Cela renvoie au contexte très particulier créé par le niveau exceptionnellement bas des taux d’intérêt et du rendement de la plupart des produits financiers. La quête éperdue de rendement ouvre aujourd’hui un gigantesque sas en faveur de jeux financiers exploitant à plein le levier d’endettement. Dans un monde où la rentabilité économique du capital productif est élevée, et où le coût de la dette est très faible, la manière la plus évidente pour produire de hauts rendements est de jouer sur le levier, via des LBO ou des FUSACS notamment. Mais, le problème, lorsqu’un jeu est trop facile, gagnant en apparence à tous les coups, c’est qu’il risque de ne plus être sélectif. On fusionne par opportunisme financier, fiscal, aussi, comme dans la mégafusion que je viens de citer…et/ou avec pour seule ligne de conduite de jouer les cost-killers à la Drahi, pour doper les effets du levier. Les aspects stratégiques plus fondamentaux passant au second plan. Et l’on touche là l’un des points sensibles de cette période qui n’en finit pas d’être de sortie de crise.

 

Les fonds d’investissement se refont, après des années de vache maigre sur le dos des entreprises, et jouent les pousses au crime. Si vous cherchez le point de vulnérabilité, qui pourrait être à l’épicentre d’une prochaine défaillance systémique du système financier, ne le cherchez pas beaucoup plus longtemps. Il est là. L’ampleur exceptionnelle de la vague de FUSAC actuelle, revoie ensuite au contexte de faiblesse des débouchés de l’économie mondiale. Au rang des méga-fusions, que voyons-nous ? Des secteurs matures, dans la pharmacie, la bière, la chimie etc… Lorsque votre marché ne croît pas et que vous ne cherchez plus à le réinventer, que faites-vous ? Vous le consolidez, à votre avantage, en phagocytant ou en recherchant des synergies avec la concurrence.

 

Cela permet de mettre le doigt sur une deuxième vulnérabilité de cette époque. Les FUSACs tendent à détruire de l’emploi et du capital. Et lorsque l’on voit la taille des opérations actuelles, on peut douter de la capacité des start-up technologiques, même foisonnantes, à contrebalancer le mouvement. Notre croissance est molle en dépit de taux d’intérêt très faibles … n’en cherchez  pas là non plus beaucoup plus longtemps l’une des causes essentielle. Certains voient dans ce retour des FUSACs la trace d’un retour de confiance, et d’une canalisation de la liquidité sur les entreprises. Ce n’est pas entièrement faux. Mais à cette échelle, ce qu’il faut craindre, c’est qu’elles soient avant tout un symptôme de plus de notre croissance molle et une bombe à retardement au plan financier.

 

Olivier Passet, La bombe à retardement du boom des fusions-acquisitions, une vidéo Xerfi Canal TV


En savoir plus

Mots clés : Economie mondialeEntreprisesBanque, finance, assuranceFusions acquisitions

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier