Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Peut-on être libéral et anticapitaliste ? Réponse : Oui.

Je sais, et la question et la réponse peuvent vous paraître absurdes. Elles ne le sont pas. Voilà pourquoi….

Aujourd’hui, dans le débat sur les inégalités, il est assez courant d’assimiler libéralisme et capitalisme. Et ceux qui prétendent « dépasser » le capitalisme, c’est-à-dire le détruire, sont aussi actifs à réclamer la fin de l’économie de marché, la fin du libéralisme.

En résumé, pour eux, la montée des inégalités discrédite la captation de la création de richesses par les propriétaires capitalistes. Voilà pourquoi un économiste comme Thomas Piketty propose ni plus ni moins de supprimer la propriété privée telle qu’elle existe, pour l’imaginer sociale via la cogestion et temporaire, via une fiscalité progressive extrême.

Dans cette approche, l’origine de la création de richesse ne compte pas. Or elle est fondamentale. Un libéral comme Friedrich Hayek fait ainsi la distinction entre capitaliste et entrepreneur. Il vénère le second autant qu’il se méfie du premier.

L’entrepreneur, c’est l’inventeur, le découvreur. Celui qui crée de nouvelles opportunités d’échanges sur le marché. Sa richesse – le profit entrepreneurial – vient d’abord de l’idée. Le capitaliste, lui, obtient son revenu par la propriété des ressources productives. Ne caricaturons pas : il peut être entrepreneur. Mais il peut aussi être un rentier, incité à se protéger de la concurrence.

En clair, l’entrepreneur est un outsider, le capitaliste un insider. Ca ne vous rappelle rien ?

De cette confusion entre les deux termes nait un malentendu sur le libéralisme. On limite trop souvent le combat libéral à sa lutte contre l’interventionnisme étatique. Il est réel, mais ne résume pas tout.

L’autre bataille cruciale, c’est celle des rentes. Qu’elles soient publiques ou privées. Le capitalisme de connivence qui permet à de grands groupes de protéger leurs privilèges grâce à l’Etat régulateur, voilà l’ennemi…

La confusion entre entrepreneur et capitaliste n’est donc pas qu’anecdotique. Les anticapitalistes proposeront de surtaxer jusqu’à l’expropriation les milliardaires du net quand le libéral défendra un démantèlement des quasi-monopoles du numérique. Parce que la lutte contre la rente et la promotion des outsiders est le meilleur moyen de lutter contre la pauvreté.


Publié le vendredi 18 octobre 2019 . 3 min. 09

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :