Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Relations entre top et middle management : le grand malentendu

Publié le mardi 11 juillet 2017 . 4 min. 17

Voir plus tard
Partager
Imprimer

S’il y a deux acteurs clés pour donner la direction du projet d’entreprise et pour sa bonne marche, il s’agit du top management et du middle management. Vous me permettrez d’utiliser ces anglicismes, qui facilitent la description de ces deux acteurs.

 

Si nous parlons particulièrement de la relation entre ces deux collectifs, c’est parce qu’il semble exister des malentendus fondamentaux entre les deux. Ces malentendus, que nous allons détailler par la suite, ont des conséquences significatives sur le travail.

 

Tout d’abord, il convient de savoir que, d’une manière générale, les dirigeants établissent avec leurs salariés une relation que l’on appelle d’échange économique. Ceci signifie que le top management voit ses salariés à distance, comme une ressource à disposition de la bonne marche de l’entreprise, qui répond à un contrat économique autour du contrat de travail et de la convention collective du secteur.

 

En revanche, les salariés, quant à eux, ou à elle (si on pense à la ligne hiérarchique), ils établissent avec l’entreprise et leurs dirigeants une relation bien différente, que l’on nomme relation d’échange social. Cette relation est loin de se limiter à une relation liée au seul contrat de travail, mais intègre un lien social, un peu comme le lien que l’on créé avec une personne. La caractéristique de cette relation est qu’elle génère chez les salariés des attentes spécifiques qui dépassent la seule rémunération ou les conditions de travail, et qui sont d’ordre relationnel, comme par exemple de la considération, de la reconnaissance, du soutien, de l’information, du sens.

 

On comprend de suite le malentendu fondamental qui va s’instaurer entre le top management et le middle management, quand ces deux acteurs établissent des relations d’échange opposées entre elles. D’autant plus que la relation d’échange social vécue par les salariés (et je mets le middle management dedans bien sûr) s’appuie sur le principe implicite de réciprocité. C’est-à-dire, que les salariés « donnent » à l’entreprise (leur travail, sa qualité, l’effort fourni, leur temps, leurs initiatives, etc.) et attendent « un retour » de l’entreprise. Un peu comme quand on invite des connaissances à dîner chez soi, et qu’on attend implicitement (bien sûr, on ne le dira jamais à haute voix) qu’on soit invités un jour en retour.

 

Si l’on zoome sur le middle management, on s’aperçoit que les attentes qu’il a vis-à-vis du top management tourne autour de règles claires des jeux politiques. Le middle management accepte les jeux politiques, présents structurellement au niveau de la direction et de la gouvernance d’une entreprise, mais attendent des règles qui leur permette de rentrer dans le jeu sans perdre leur âme. Plus particulièrement, selon la taille de l’entreprise, on peut trouver plusieurs niveaux hiérarchiques en dessous du top management. Le niveau le plus proche, que l’on va nommer N-1, attend un haut niveau de consultation de leur avis pour la prise de décision et une écoute face à leurs suggestions d’amélioration des processus existants.

 

Les niveaux en dessous, soit N-2 ou N-3 ou au-delà, attendent du top management un comportement exemplaire et cohérent, que ce qui est dit concorde avec ce qui est réellement fait, afin de pouvoir faire confiance. Ces facteurs semblent être clés à la préservation de la motivation intrinsèque de ce middle management.


Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
de Carolina Serrano-Archimi

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER