Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


A quoi servent les PDG, cette bizarrerie française

Publié le lundi 23 avril 2018 . 3 min. 25

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Quand on parle d’un chef d’entreprise en France, on le désigne généralement par l’acronyme P-DG. Or, le P-DG est une bizarrerie bien française.

 

Tout d’abord, il convient bien d’écrire P tiret DG et non PDG, car il s’agit de deux fonctions tout à fait différentes. Le P désigne le président du conseil d’administration, alors que le DG désigne le directeur général de l’entreprise. Le président oriente, le directeur général dirige. Parmi les attributions du Conseil d’administration – et donc singulièrement de son président – figurent notamment la nomination, l’évaluation et la rémunération du directeur général. Par conséquent, un P-DG est à la fois juge et partie : il se nomme, s’évalue et se rémunère lui-même.

 

Confusion des rôles

 

Pour bien des observateurs étrangers, cette confusion des rôles est typique de la centralisation des pouvoirs, qui de Louis XIV à Napoléon semble caractériser les dirigeants français. Dans de très nombreux pays, il est d’ailleurs interdit par la loi que le président soit aussi directeur général, ce qui permet d’éviter bien des conflits d’intérêts. Dans les pays de capitalisme rhénan, comme l’Allemagne, il existe même deux instances totalement séparées, le directoire et le conseil de surveillance, chacune présidée par un individu nécessairement différent.

 

Aux États-Unis, on distingue le président du conseil d’administration, c’est-à-dire le Chairman, et le directeur général de l’entreprise, c’est-à-dire le CEO, acronyme de Chief Executive Officer. Au passage, il ne faut pas traduire "CEO" par "P-DG" : le CEO est directeur général, mais pas président du conseil d’administration. Cela dit, dans la moitié des 500 plus grosses entreprises américaines, les rôles de chairman et CEO sont confondus, à l’image de ce que l’on peut observer par exemple chez Disney, Facebook ou Amazon. Cependant, sous la pression des actionnaires, qui craignent des dérives lorsque les pouvoirs sont trop concentrés, la tendance est la séparation de ces deux fonctions, comme chez Google, Ford ou Microsoft.

 

Séparation des pouvoirs fictive

 

En France, la structure dominante reste le conseil d’administration unique, sous la direction d’un président-directeur général unique. Avant 2001, c'était même la seule solution pour les sociétés anonymes. La structure en directoire et conseil de surveillance, également autorisée par la loi, a tout de même été choisie par un certain nombre de grandes entreprises telles que Michelin, PSA, Publicis ou Vallourec. D’autres, comme Axa, BNP Paribas, Engie, Sanofi, Société Générale ou Sodexo, ont séparé les fonctions de président et de directeur général.

 

On peut cependant observer que certaines, comme Danone, adoptent temporairement cette structure, le temps que l’ancien P-DG, devenu seulement président, prenne sa retraite. Son successeur, jusque-là directeur général, devient alors à son tour P-DG. Il en est de même lors de la fusion de deux entreprises : le P-DG de l’une devient président, le P-DG de l’autre DG, avant que l’un des deux ne prenne sa retraite, l’autre cumulant alors les deux fonctions.

 

Au total, si les dirigeants français, sous la pression des investisseurs et des comités d’éthique, semblent jouer le jeu de la séparation des pouvoirs, cela ne reste bien souvent qu’une façade. Le mythe de l’homme providentiel reste encore bien ancré dans notre psychologie nationale, dans les entreprises comme ailleurs.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER