Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Anglicismes en management : nécessité, snobisme ou paresse ?

Enregistré le mercredi 20 janvier 2021 . 4 min. 16

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Peut-on encore se passer des anglicismes ? Comment devrait-on dire en français « happy hours » en français, « fashionista » ou « fashion week » ? Même si la traduction existe, on a parfois l’impression qu’il en va d’un certain snobisme à utiliser les expressions anglaises pour évoquer un staff meeting, un world summit ou un wine maker, qui pourtant se dit vigneron dans la langue de Rabelais. Quant à Low cost, pour parler comme les économistes, il existe de nombreux équivalents français oubliés.. comme faible coût, coût réduit ou bas prix.


Mais si ce n’est pas du snobisme, alors de quoi s’agit-il ? C’est par souci de simplicité que l’anglais est choisi, comme avec l’expression de burn-out, dont nous avons eu plusieurs fois sur ce plateau l’occasion de dire qu’il constituait le symptôme d’un problème majeur pour le management, plus facile à prononcer que « syndrome d’épuisement professionnel ». Or non seulement le français offre aussi la même simplicité, prenez le mot « carbonisé », mais aussi l’anglais n’est souvent qu’une pâle version d’une langue française sur laquelle il s’appuie lui-même, comme avec le terme « discount », un escompte ou une réduction de prix, qui vient du français desconte qui signifiait « ce qu’on a à prendre et à rabattre sur une somme que l’on paye. »


Toutefois ce n’est pas vraiment une autre version du chic que défendent les académiciens rédacteurs du livre Dire, ne pas dire déjà évoqué ici-même, mais une réponse au noble objectif revendiqué de réfléchir au bon emploi de la langue française. Sacré « challenge » en effet ! Ou plutôt : sacré défi. La langue française qui évolue sans cesse et qui se montre parfois capable d’accepter de nouveaux mots comme celui de « leader », qui paraît aujourd’hui bien ancré (comme à l’inverse l’expression « beau geste » pourra être trouvée dans l’Oxford dictionary).


Mais Dire, ne pas dire se donne aussi pour but de protéger la langue française pour elle-même, dans une lutte pour la domination qui se révèle être favorable à l’anglais. L’anglais, donc, qui peut généralement être remplacé par des « formes françaises de bonne langue », ainsi que le met en évidence les quelques exemples que j’ai sélectionné pour ceux qui parmi vous sont « overbookés », enfin ceux qui ont un agenda bien rempli, ou qui sont tout simplement bien occupés :


- Prenons le mot « backstage ». Les académiciens notent avec humour et nostalgie qu’il évoque l’arrière salle, le lieu du théâtre auquel le public n’a pas accès, qui provient en fait du français « estage », l’étage. En entreprise, le mot backstage caractérise les discussions qui se tiennent en dehors des micros, le non-dit des déclarations officielles en quelque sorte, et on sait bien le rôle que l’informel, voire le secret, tiennent dans les organisations. On devrait donc plutôt dire, non que les arrangements se sont négociés backstage, mais en coulisse.


-A propos de e-learning, les auteurs font une double remarque qui mérite toute votre attention. D’un côté ils signalent que nommer en anglais ce qui a un nom en français n’améliore pas la qualité de ce que l’on nomme. Mais ils précisent surtout que le faire devant un public non-anglophone, qui ne connait donc pas le sens du mot « learning », est une marque de mépris envers lui.


-Les académiciennes et académiciens critiquent aussi un slogan lu par hasard sur une affiche municipale indiquant les « bons plans pour un monde plus green ». Or, précise le dictionnaire, « le monde serait-il moins beau s’il (était) vert plutôt que green ? » car ajoute-il, « il n’y aurait rien de choquant à ce que nos édiles s’adressent à leurs administrés dans la langue de ces derniers » (p. 357). LOL, ou plutôt pâmons-nous de rire.


-Ne parlons pas non plus du « Black Friday », qui rappelle le Krach boursier d’Octobre 1929, pour qualifier une journée de solde durant laquelle la réduction des prix vise à une accélération de la consommation. Ne manquant ni d’humeur ni d’humour là encore, les académiciens de rappeler (p. 71), « la perspicacité de Marx qui disait qu’un événement tragique se répète ensuite de manière grotesque. » Je prononce bien ici « consommation » et non « consumérisme » qui provient du terme anglais consumerism. Or ce mot signifie originellement « défense des consommateurs », alors qu’il tend plutôt à vouloir dire aujourd’hui société de consommation. Bref un mot à éviter car il tend à signifier finalement une chose autant que son contraire.


Ce dictionnaire est donc un must-read sans fake news, qui peut se lire outdoorn sur le roof top, aussi bien qu’indoor. En bref, une lecture indispensable, sans bobards ni contre-vérités, et qui peut se lire en plein air, sur un toit en terrasse par exemple, ou en salle.


Réf.

Commission du dictionnaire de l’Académie Française, Dire, ne pas dire, Editions Philippe Rey, 2020, Paris.


D'APRÈS LE LIVRE :

Dire, ne pas dire

Dire, ne pas dire

Auteur : Académie Française
Date de parution : 17/09/2020
Éditeur : Philippe Rey
COMMANDER

Les dernières vidéos
Idées, débats

Les dernières vidéos
de Ghislain Deslandes

#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT Vivre avec les robots Ghislain Deslandes 10/11/2021
Ghislain-Deslandes-Vivre-avec-les-robots-306348094.jpg
04:29
x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER