Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Argumenter et convaincre : les règles d'or

Publié le mardi 13 septembre 2022 . 4 min. 25

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Prendre la parole, c’est toujours un peu prendre le pouvoir. On le voit souvent dans des réunions de travail ou sur les plateaux de télévision : celui qui prend le micro est, celui sur qui se porte l’attention de tous et de chacun. Ce pouvoir s’exerce alors dans un triple sens : il souhaite éclairer l’audience, susciter sa sympathie voire lui faire ressentir des émotions exceptionnelles. C’est pour cela que les traités de rhétorique qui existent depuis Aristote se concentrent sur ces trois volets : le « logos », la force de l’argumentation, « l’ethos » qui concerne la manière d’être de celui qui parle. Enfin le « pathos », c’est-à-dire les émotions que va provoquer la parole de celui qui la prend.


Dans son ouvrage Le pouvoir rhétorique, Clément Viktorovitch consacre une partie de ses efforts à donner des conseils pratiques sur comment transformer cette prise de parole sur les plateaux en prise de pouvoir sur les consciences. Il s’appuie sur une littérature aussi vaste qu’érudite pour montrer que depuis Cicéron les règles sont peu ou prou restées les mêmes. Commencer avec maestria, savoir rétorquer aux arguments de l’adversaire, résumer son propos avec des mots simples. Sans oublier l’importance de bien conclure. On se souvient du grand orateur que fut Danton, dans son discours du 2 Septembre 1792 qu’il concluait ainsi : « Le tocsin qu'on va sonner n'est point un signal d'alarme, c'est la charge sur les ennemis de la patrie. Pour les vaincre, Messieurs, il nous faut de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace, et la France est sauvée. »


Sous des dehors qui font penser à un surcroît de spontanéité inimitable, il faut dire qu’en fait ces discours sont le fruit d’un long travail de préparation. Il faut choisir les informations mobilisables et surtout préparer en amont. L’auteur d’égrener plusieurs recommandations à destination de ceux qui prennent le pouvoir rhétorique au sérieux. En voici trois :


- La première est d’apprendre à « façonner son texte ». Il faut en effet savoir cadrer son propos à partir d’une idée directrice, une ligne de force, un élément autour duquel tout doit s’articuler.


- La seconde concerne la bonne manière d’utiliser les faits pour argumenter avec efficacité. Et donc choisir les arguments que l’on va utiliser. Les plus connus sont les arguments d’autorité, de bons sens et de cadrage qui consistent à s’appuyer sur la crédibilité d’une personne, sur des évidences partagées, proches de la sagesse populaire, ou sur des éléments que nous souhaitons mettre en lumière (ou occulter). Or les stratégies argumentatives sont en fait multiples, comme l’argument par la sagesse des grands hommes (« Ghandi a dit que… »), l’argument de fraternité (« nos frères sont en souffrance... ») ou l’argument de la parole donnée, sur laquelle nous ne pouvons décemment revenir. Voilà trois manières d’instruire, d’émouvoir et de convaincre qui portent souvent leurs fruits. D’autres arguments surprennent davantage, comme l’argument par association qui tendra à rendre deux phénomènes dépendant l’un de l’autre tandis que l’argument par la dissociation tentera de mettre en évidence pourquoi deux sujets devraient être traités séparément.


- La troisième recommandation serait de savoir jouer, bien sûr, sur le registre émotionnel pour « créer de la saillance ». J’ai déjà évoqué l’hyperbole dans une vidéo précédente, ici l’auteur ajoute l’exclamation, la répétition d’une expression mobilisatrice, ou la référence à un personnage estimé de tous, qui permettent à chaque fois d’amplifier les effets du discours. Pour mouvoir les foules, il faut d’abord apprendre à les émouvoir. En jouant parfois la carte risquée de « l’exacerbation des affects » ou une autre qui consiste à suspendre le flux de parole, et à faire du silence une arme d’attention massive.


Façonner son texte, argumenter et jouer sur le registre des émotions, en échafaudant des pièges à applaudissements – les fameux claptraps –, ne suffiront pas à empêcher un bon débatteur de vous mettre en difficulté. Vous êtes un financier, et vous tombez sur un frondeur qui présente la finance comme « un dragon vorace », comme si elle était un être autonome, un animal fabuleux, effroyable, doté d’une volonté propre. Cette erreur de raisonnement, car c’en est une, porte atteinte à tout ce que vous avez dit juste avant et plus personne ne s’intéresse à vous. Comment contre-attaquer devant la stratégie adverse ? Comment faire face aux raisonnements frauduleux ? Les réponses possibles constitueront le thème de notre prochaine vidéo.


D'APRÈS LE LIVRE :

Le pouvoir rhétorique

Le pouvoir rhétorique

Auteur : Clément Viktorovitch
Date de parution : 14/10/2021
Éditeur : Seuil
COMMANDER

Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
de Ghislain Deslandes

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER