Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Au coeur de la tempête virale

Publié le lundi 14 décembre 2020 . 3 min. 55

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Faudra-t-il à chaque fois une « bonne » catastrophe pour se remettre à penser ? Pour le philosophe slovène Zlavoj Zizek il ne fait aucun doute que c’est là ce que la crise de la Covid-19 a mis en évidence : seul un bouleversement de l’ordre du monde nous incite à en repenser l’organisation et les buts.


C’est d’autant plus triste à relever qu’il n’est pas certain nous dit-il que, lorsque l’épidémie aura cessé si jamais cela arrive un jour, nous ayons assez de force pour en célébrer dignement la disparition. Car prédit Zizek, l’un des intellectuels européens les plus influents du moment, « les effets de la pandémie sur notre équilibre psychique seront pour le moins sévères : une étude réalisée par le Well Being Trust, une fondation dédiée aux enjeux de la santé publique, a évalué pour les Etats-Unis à 75 000 le nombre à venir de morts par overdose ou alcoolisme, mais aussi par suicide, directement liés à la pandémie de coronavirus » (p. 140).


Tout se passe comme si finalement nos sociétés ressemblaient de plus en plus aux personnes qui se savent condamnées, et qui suivent à ce titre un processus en cinq phases telles que décrites dans les travaux d’Elizabeth Kübler-Ross auxquels notre auteur se réfère ici : le déni, la colère, la négociation, la dépression, et enfin l’acceptation.


Du reste, si nous prenons le cas français, il faut reconnaître que cette grille d’analyse fonctionne assez bien :


-le déni nous l’avons connu lorsqu’il était de bon ton de ne pas porter de masque.
-la colère a été ressentie lorsque nous nous sommes aperçus que ces masques étaient finalement introuvables.
-la négociation ensuite, lorsqu’il a fallu imposer un confinement moyennant différentes formes de compensation, notamment financières.
-la dépression s’est produite quand le déconfinement eut lieu, et que nous avions nous-mêmes un peu changé mais pas le monde autour de nous. « Le désastre ruine tout en laissant tout en l’état » écrivait déjà au siècle dernier le romancier Maurice Blanchot.
-enfin le temps de l’acceptation sans doute, celui d’un second confinement pas tellement mieux préparé que le premier.


Certes non, dans cet essai intitulé Dans la tempête virale publié aux Editions Actes Sud, la thèse principale ne fait guère montre d’un grand optimisme. Mais il faut aussi dire que l’optimisme n’a jamais été le point fort de cet esprit original et révolté, embastillé depuis le début du confinement dans sa maison de Lubljana, mais jamais à court de plaisanteries et de jeux de mots proférés à la manière de Jacques Lacan, l’un de ses maîtres à penser. Et c’est peut-être cela qui permet paradoxalement d’échapper au désespoir, comme celui, manifeste, de ce gouverneur adjoint du Texas, Dan Patrick que cite Zizek, évoquant sur Fox News le fait qu’il « préférait   mourir plutôt que de voir des mesures de santé publique porter atteinte à l’économie américaine » (p. 87).

 
Car la crise en effet aura eu au moins le mérite de nous faire entrevoir le bon côté de la contagion : celui de mettre en valeur le rôle des métiers « essentiels » dans le fonctionnement de nos sociétés prétendument digitalisées : les éboueurs, les infirmiers, les travailleurs sociaux, entre autres. Des métiers pourvus de sens, tournés vers le seul intérêt général, pétris de valeurs qui ne se mesurent pas. C’est là le sens ultime, et éthique, de cet essai qui se conclut (p. 151) sur la correspondance que l’un de ses amis journalistes lui adresse durant la bourrasque causée par l’apparition de la pandémie :


« Tout le monde travaille de chez soi, jour et nuit, en participant aux visioconférences, en prenant soin des enfants, en leur faisant faire leurs devoirs, sans se demander pourquoi faire cela, pourquoi agir ainsi : parce qu’il n’est plus du tout question de « faire de l’argent pour pouvoir partir en vacances » etc… puisque personne ne sait s’il y aura de nouveau des vacances, s’il y aura à nouveau de l’argent. (…) L’idée qu’il faudrait  « plus » semble désormais irréelle. »


Réf.

Zizek, 2. (2020). Dans la tempête virale, Actes Sud.


D'APRÈS LE LIVRE :

Au coeur de la tempête virale

Au coeur de la tempête virale

Auteur : Slavoj Zizek
Date de parution : 01/07/2020
Éditeur : Actes Sud
COMMANDER

Les dernières vidéos
Idées, débats

Les dernières vidéos
de Ghislain Deslandes

#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT Sortir de la souffrance au travail Ghislain Deslandes 16/06/2022
Ghislain-Deslandes-Sortir-de-la-souffrance-au-travail-306348930.jpg
04:31
#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT Réinventer le goût perdu du travail Ghislain Deslandes 30/05/2022
Ghislain-Deslandes-Reinventer-le-gout-perdu-du-travail-306348931.jpg
04:27
x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER