La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/385974909?autoplay=1 Ghislain-Deslandes-Des-hommes-justes-un-nouveau-masculin-face-au-feminisme-306346642.jpg
03/09/202003:40

Avec l’affaire Weintein et le mouvement #MeToo, nous avons assisté à un débat de société qui a permis aussi bien de libérer la parole que de développer une large prise de conscience générale. Le succès en librairie du livre Des hommes justes, de l’historien et écrivain Ivan Jablonka, Prix Médicis en 2016, met des mots sur cette prise de conscience tout en la resituant dans une histoire de la relation hommes-femmes. Pour cela il met en évidence que la sortie du statut (entre guillemets) de la « femme-fonction », en charge notamment de la domesticité et des soins, ne s’est pas faite du jour au lendemain. «  En France » rappelle l’auteur en effet, «  des femmes obtiennent pour la première fois le baccalauréat (en 1861), la licence ès sciences (en 1868), le doctorat de médecine (en 1870), l’agrégation de philosophie (en 1905), et l’agrégation de médecine (seulement en 1923). » (p. 144).


Mais Jablonka ne se contente pas seulement, élaboration déjà faite avant lui, de mettre en lumière comment le féminisme a joué un rôle prépondérant et « donné une traduction concrète à la révolution des droits de 1789 » (p. 130). Il tente surtout dans cet essai d’élaborer une réflexion sur le futur de cette relation à partir de « nouvelles masculinités », concept-clé de son approche qui figure au sous-titre. Car ne sachant quel est le rôle qui leur échoit, c’est seulement en formulant une nouvelle conception de la condition masculine que les hommes pourront, selon l’auteur, se remettre en phase avec le processus historique de l’émancipation féminine.


Or pour parvenir à cette masculinité d’égalité, Jablonka nous propose de multiples stratégies, aussi bien de rire des anciens patriarcats qu’à l’instar de Ziggy Stardust, le personnage inventé par Bowie, de « cultiver le féminin en soi » (p. 391). Il fait aussi référence à des comparaisons culturelles, en évoquant le Vietnam, par exemple « où les couples vivent de moins en moins avec les beaux-parents, si bien que l’homme compense (en partie) les tâches que remplissait la grand-mère. » Ou « au Mexique, (où) le soin des enfants (faisant) partie de la masculinité populaire, certains hommes n’hésitent pas à porter leurs enfants en public, dans les bras ou dans un sac kangourou. » (p. 369).


Différentes façons finalement de reposer la question du masculin, qui doivent inspirer les réponses que la société en général lui donne, mais aussi les entreprises. Il s’agirait alors en leur sein d’inventer de nouvelles manières de travailler ensemble à partir d’une justice de genre, une expression qui peut faire peur si l’on pense à une police de genre, mais qui sous-entend en fait de débarrasser la morale de l’éternel masculin, cercle imaginaire et artificiel sans consistance, ni constance, tant il existerait de masculinités dissemblables les unes des autres. Et ce à une heure où il apparaît que de nombreux métiers considérés comme réservés aux hommes, notamment dans l’industrie, disparaissent, alors qu’émerge une économie de la connaissance où les femmes semblent avoir autant, si ce n’est plus, de capacités à y évoluer, et à y réussir. Et où l’exercice du leadership dans les organisations ramené à la domination de l’art de commander et à celui d’exercer l’autorité, traits prétendument masculins, est mise en défaut par la génération des Millenials qui remet en cause l’autorite´ hie´rarchique et bureaucratique traditionnelle.


Au final une enquête à la fois historique et personnelle qui ne manque pas de témérité, dont on notera toutefois qu’elle est sans cesse pris dans l’étau d’une profonde hésitation entre une masculinité de l’égalité, Monsieur doit être l’équivalent de Madame, et une masculinité de la différence, Monsieur et Madame ne sont pas du tout les mêmes. Mais qui tente de participer à sa manière, c’est là sa bonne fortune, à un niveau de compréhension mutuelle supérieure entre les hommes et les femmes.

Réf.

Des hommes justes – du patriarcat aux nouvelles masculinités, par Yvan Jablonka, Editions du Seuil, 2019.


En savoir plus

Mots clés : Idées & débatsDroitFéminismePréjugésEgalitéMeTooMasculinité

Des hommes justes

Des hommes justes

Auteur : Ivan Jablonka
Date de parution : 22/08/2019
Éditeur : Le Seuil
COMMANDER
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier