Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Des rats de laboratoires : misère du management en Silicon Valley

Publié le mardi 2 février 2021 . 4 min. 10

Voir plus tard
Partager
Imprimer

« Vous devez être heureux d’être là. Vous servirez nos intérêts de court-terme. Votre job sera stressant et vous serez monitoré et surveillé constamment. Nous mesurerons vos performances grâce aux données. Vous pourriez être viré sans raison à tout moment. Nous n’avons pas de crèche mais nous avons une table de ping-pong, avec des bières et des sandwichs dans le frigo. » Bienvenue dans votre nouveau job.


Avec cette mise en bouche dès l’introduction de son dernier livre intitulé Rats de laboratoire (Lab Rats en anglais), le journaliste spécialisé en technologie Dan Lyons, nous livre en pâture les modes de management pourtant célébrés de l’Ouest des Etats-Unis. Notamment ceux des grandes entreprises du numérique, qu’il appelle les « ateliers de misère » de la Silicon Valley. Et le moins que l’on puisse dire est que le portrait qu’il en fait ne suscite guère l’admiration généralement entendue.
Pour cela, il oppose deux séries de faits :


-en premier lieu il évoque l’arrogance et les egos surdimensionnés des « héros » du numérique. Il dénonce le caractère contradictoire de certains discours comme ceux de ces deux entrepreneurs qui militent pour la démocratisation de la politique américaine mais qui s’agissant de leurs propres affaires créé différentes classes d’actions leur permettant de diriger leur empire comme des « dictateurs bienveillants » (p. 42). Il note aussi la terrible déclaration du chef des opérations techniques de Uber, six mois après le suicide d’un ingénieur, qui déclarait que travailler dans cette entreprise rappelle la formation des diamants, comprimés par la chaleur et la pression durant des milliers d’années, mais qui à l’issue du processus brillent comme personne. » (p. 116). Il invalide aussi la politique RH de Netflix qui proclame être « une équipe, pas une famille », et qui tend selon lui à ne tenir aucun compte des conséquences psychologiques pour celles et ceux qui doivent faire leurs bagages du jour au lendemain. En fait, comme le fait remarquer une étude réalisée par un psychologue de l’Université Catholique de Louvain citée par Lyons, l’insécurité de l’emploi tend à faire diminuer la créativité, baisser la productivité, et augmenter les possibilités de harcèlement sous toutes ses formes (cf. p. 118). Il disqualifie enfin les modes de management alternatif comme l’holacratie, qui ont fait leur apparition ces dernières années, « comme une dose de foutaise mixée au LSD et servie par Charles Manson » (p. 125).


-Face à tant et tant d’hubris et d’autocélébration de la part des entrepreneurs de la Silicon Valley, le journaliste note (p. 24) que selon l’institut Gallop seulement 13% des travailleurs se sentent activement « engagés » dans leur entreprise, ce qui est somme toute très peu. Il remarque également que beaucoup des grandes entreprises américaines issues du numérique ne sont pas particulièrement profitables ni bien gérées. Elles le sont souvent par des personnalités qui n’ont aucune science du comportement organisationnel mais qui connaissent seulement la manière de mettre leur société en bourse et de savoir partir en tirant les marrons du feu. Tesla, Spotify, Dropbox, Snap, Docusign, toutes des sociétés cotées, perdent de l’argent selon l’auteur, parfois en grande quantité, souvent depuis longtemps. Même chose avec Uber, Lyft, Airbnb, Slack, Pinterest ou WeWork, à la différence que ces dernières demeurent non-cotées.


Au final, cet essai tend à démontrer que ces gens de la Côte Ouest des Etats-Unis qui disent vouloir faire un monde meilleur en construisent un qui paraît parfois pire, en tout cas sur la question précise du bien-être de leurs propres salariés. Au fond il n’est même pas sûr que ces « entrepreneurs de pacotille », selon les termes de l’auteur, savent véritablement ce qu’ils font.
Et si parfois l’auteur se perd un peu, comme lorsqu’il reproche à Netflix d’être une équipe et non une famille, ce qui n’est peut-être après tout une mauvaise nouvelle pour personne, il est convaincant lorsqu’il montre qu’un autre capitalisme est possible en citant toute une série d’exemples, aussi bien dans l’industrie logicielle -la société Basecamp à Chicago- que dans la banque d’affaires -avec Kaport Capital basée à Oakland. En militant aussi pour une économie « durable », fondée, non sur des principes scientifiques pour résoudre des problèmes qui ne le sont pas, mais sur les valeurs de dignité et de respect à l’égard des parties prenantes.


Réf.

Lyons, D. (2019). Lab rats – why modern work makes people miserable. Atlantic books.


D'APRÈS LE LIVRE :

Lab rats – why modern work makes people miserable

Lab rats – why modern work makes people miserable

Auteur : Dan Lyons
Date de parution : 03/01/2020
Éditeur : Atlantic Books
COMMANDER

Les dernières vidéos
Idées, débats

Les dernières vidéos
de Ghislain Deslandes

#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT Savoir réussir sa sortie Ghislain Deslandes 29/06/2022
Ghislain-Deslandes-Savoir-reussir-sa-sortie-306348775.jpg
04:19
#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT Sortir de la souffrance au travail Ghislain Deslandes 16/06/2022
Ghislain-Deslandes-Sortir-de-la-souffrance-au-travail-306348930.jpg
04:31
x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER