Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Innovations – une enquête philosophique

Publié le lundi 7 février 2022 . 3 min. 56

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Le nouveau n’est-ce pas, est toujours préférable à l’ancien. Et le vieux, c’est entendu, est toujours moins bon que le neuf. Voilà en tout cas ce dont tente de nous persuader, depuis toujours, le modèle industrialiste qui est le nôtre. Mais s’est-on jamais posé la question : qu’est-ce qui est vraiment nouveau dans les objets qui nous sont présentés comme le fruit de la plus récente innovation ?


Le philosophe Michel Serres notait qu’il n’est guère évident de le savoir : une nouvelle voiture par exemple utilise des découvertes techniques qui remontent à plusieurs dizaines d’années quand l’invention de la roue, faisait-il remarquer, nous ramène en fait au néolithique. Ce qui est nouveau est le plus souvent infime : une nouvelle couleur, un nouveau logo du constructeur, parfois même seulement un nouveau nom figurant sur une nouvelle page de pub. Dans sa Préface au traité du vide, Blaise Pascal remarquait déjà ce paradoxe : contrairement à l’idée convenue, il se pourrait bien que seuls « ceux que nous appelons anciens (soient) véritablement nouveaux en toutes choses ».


Cela doit peut-être nous amener à réviser le sens que nous donnons au mot innovation. Innover, croit-on généralement, est le fait de procéder à des découvertes, notamment techniques. Alors qu’en fait, innover revient pour l’essentiel à actualiser nos connaissances, à les mettre à jour, dans des domaines aussi divers que le marketing, le management, le design ou la communication. Le sens du mot oscille donc entre d’un côté la création d’un procédé radicalement inédit, et de l’autre une manière adroite de renouveler ce qui existait déjà, de façon plus ou moins masquée, dans nos manières d’être et de produire.


Mais dans tous les cas nous savons que nous avons affaire à un discours quasi-religieux qui imprègne aujourd’hui tous les domaines de la vie sociale, la politique, la science et l’économie : la popularité à celles et ceux qui innovent, la décadence plus ou moins attendue, mais sûre à long terme, pour celles et ceux qui s’en montrent incapables. En cas de succès, une seule raison : l’innovation des équipes. En cas d’échec un motif unique : les équipes n’ont pas su innover assez tôt.


Devant une telle injonction, il paraît urgent de recourir à une analyse critique, et donc vraiment philosophique. C’est ce à quoi s’emploie le spécialiste de Machiavel Thierry Ménissier, Professeur de philosophie à l’Université de Grenoble, qui fait partie des quelques philosophes qui se sont saisis depuis quelques années des questions de management. Et l’innovation est en une, et des plus importantes et structurantes pour la discipline des sciences de gestion, comme elle est aussi une question de philosophie, comme à chaque fois du reste que le sens des mots mérite une explication de texte.


Or c’est ce que l’auteur nous propose dans son enquête philosophique intitulée Innovations, écrit au pluriel, dans laquelle en spécialiste des questions d’éthique publique il nous donne un aperçu des distinctions qu’il convient de faire entre innovation et progrès, entre innovation et imagination ou entre innovation au sens capitaliste et innovation tout court. Une innovation plus fondamentale que Ménissier semble appeler de ses vœux face (p. 20) au « régime de transitions (énergétique, (…), démographique, (…) et démocratique) » dans lequel nos sociétés sont entrées, et dont il donne aussi quelques exemples tels « l’économie circulaire, la résilience des sociétés ou le biomimétisme ».


Et c’est là que, contrairement aux théories schumpétériennes situées « par-delà le bien et le mal » (p. 190), l’auteur suggère de rapporter les modèles d’innovation à autre chose que le « haut rendement garanti » (p. 228), et notamment à l’éco-responsabilité, mais pas seulement. En bref une innovation comme potentiel de transformation de notre monde, qui accepte de rompre avec le connu, de changer les routines. Non pour créer de nouvelles pauvretés, mais afin d’être un « processus d’institution imaginaire de nos sociétés » (p. 180) ouvrant de nouvelles perspectives sur nos arts de vivre, d’agir, de consommer et de penser.


D'APRÈS LE LIVRE :

Innovations – une enquête philosophique

Innovations – une enquête philosophique

Auteur : Thierry Ménissier
Date de parution : 20/01/2021
Éditeur : Hermann
COMMANDER

Les dernières vidéos
Idées, débats

Les dernières vidéos
de Ghislain Deslandes

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER