Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Réseaux discrets et face cachée du pouvoir

Publié le vendredi 21 février 2020 . 4 min. 30

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Il faut s’imaginer être sur la Piazza del Campo de Sienne en Italie, là où chaque année se joue le Palio, dans lequel les quartiers de la ville s’affrontent sous la forme d’une course hippique. Sur cette place en forme de coquillage, l’un des lieux les plus magiques en Europe, que voit-on ? D’un côté la majestueuse Torre del Mangia, pour signifier l’équivalence entre les pouvoirs séculiers et religieux. De l’autre la place du marché justement, capable de se transformer en hippodrome quand il le faut, mais surtout un espace où la foule peut se réunir pour marchander, échanger, mener des transactions, bref faire du business, comme on pourrait dire aujourd’hui.


Or, The Square and the Tower c’est le titre du dernier ouvrage de l’historien britannique Niall Ferguson qui revisite l’histoire des grandes transformations du monde occidental, la Réforme, les Lumières, ou la révolution scientifique, à partir de cette image de la force dessinée en deux pôles distincts : les vieilles hiérarchies d’un côté, et les réseaux disruptifs de l’autre.


D’un côté la face émergée du pouvoir, qui peut se voir, qui peut faire peur aussi, qui estime avoir le monopole de l’autorité. De l’autre sa partie immergée, des réseaux multiples, commerciaux, militants, éducatifs ou terroristes qui, pour reprendre une expression de Dickens employée par l’auteur, «  se situent en amont et en aval du fleuve » (p. 28). Et qui surtout fonctionnent sur la base d’affinités, d’intérêts et de liens plus ou moins officieux. Ce sont ces deux forces organisationnelles qui selon l’auteur fabriquent l’histoire, avec un petit et un grand H.


Cette thèse est significative pour l’analyse de la vie organisationnelle car elle rejoint les résultats de recherches menées en gestion sur au moins trois points décisifs :


-le premier confirme la présence, au-delà de l’organigramme officiel, d’une organisation informelle : «  Lorsque les employés accusent leur chef de favoritisme » explique Ferguson, « cela signifie que les relations informelles ont pris le pas sur le processus de promotion institutionnel (…). Quand des salariés de différentes firmes se retrouvent après le travail pour boire un verre, ils passent de la tour verticale de l’entreprise à la place horizontale du réseau social ».


-le second point qui transparait ici, c’est l’importance pour tout leader individuel de renforcer sa « coalition personnelle ». Dans une série de pages réussies sur le cas d’Henry Kissinger, l’ancien secrétaire d’Etat américain, il montre comment celui-ci a passé sa vie à entretenir des liens personnels et intellectuels avec toutes sortes d’interlocuteurs, parfois ennemis de l’Amérique.

 
-le troisième point rejoint la préoccupation de plus en plus flagrante chez les chercheurs en gestion qui consiste à réévaluer l’importance des réseaux dans le succès de toute entreprise ; au point de constater que les hiérarchies elles-mêmes ont les leurs. Nombreux au sein de la communauté scientifique en management, ceux qui observent aujourd’hui que le fonctionnement des réseaux sociaux, indépendants et flexibles, a plus d’importance pour les transformations des entreprises que la vie politique elle-même.


Mais notre historien se distingue ici en essayant justement de trouver une route médiane, se gardant de toute vénération innocente pour les systèmes de pouvoir horizontaux, tout en repoussant fermement toute théorie du complot. Et ce même lorsqu’il met en évidence le rôle mineur des Illuminati, qui ont bel et bien existé en Allemagne à la fin du XVIIIème siècle, dans les processus qui ont mené à la Révolution française. Or c’est justement parce qu’il fut mineur que leur rôle est aujourd’hui reconnu, car comme le fait utilement remarquer Ferguson plus on entend parler d’un réseau, moins il a été efficace. La notoriété d’un réseau est inversement proportionnelle à son pouvoir réel, qui consiste justement à bousculer les hiérarchies.


En résumé, posons la question avec l’auteur lui-même : « Vaut-il mieux aujourd’hui être dans un réseau, qui donne de l’influence, ou dans une hiérarchie, qui donne du pouvoir ? » (p. 12). En fait, le formel et l’informel, le visible et l’invisible, le vertical et l’horizontal toujours coexistent. Quand la confiance n’est pas totale dans une société, mais l’a-t-elle été un jour dans quelque société que se soit, les hiérarchies sont nécessaires. Quand les réseaux d’influence prennent tout le pouvoir, alors les intérêts de quelques-uns prennent le pas sur le bien commun.


Pour paraphraser le maître en philosophie politique que fut Blaise Pascal, nous pourrions dire ceci : la Place a besoin de la Tour pour s’appliquer, la Tour, de la Place, pour se légitimer. La Place sans Tour est contredite, parce qu’il y aura toujours des méchants. La Tour sans la Place est accusée. Il faut donc mettre ensemble la Tour et la Place.

Réf.

La Place et la Tour – les réseaux contre le pouvoir, de Niall Ferguson, traduit de l’anglais par Christophe Jaquet, Editons Odile Jacob, 2019, Paris.


D'APRÈS LE LIVRE :

La Place et la Tour

La Place et la Tour

Auteur : Niall Ferguson
Date de parution : 17/04/2019
Éditeur : Odile Jacob
COMMANDER

Les dernières vidéos
Idées, débats

Les dernières vidéos
de Ghislain Deslandes

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER