Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Savoir abdiquer : la déchéance volontaire

Publié le lundi 20 décembre 2021 . 3 min. 39

Voir plus tard
Partager
Imprimer

L’acte de démissionner d’une entreprise arrive rarement dans une carrière. Les conditions de préavis, la perte des droits sociaux afférente ou le risque de se retrouver sans rien sur le marché du travail empêchent en effet de nombreux dirigeants de quitter délibérément leur entreprise. D’ailleurs, comme l’indique le cabinet Exechange, qui s’est intéressé aux départs de dirigeants, une majorité sont des départs involontaires, avec pression exercée de la part du conseil d’administration. Ces départs disposent même aux Etats-Unis d’un baromètre, le « CEO push-out index » : plus l’index monte, plus cela signifie que les PDG ont démissionné sous la pression, comme Tim Sloan le patron de Wells Fargo ou Greg Clack le patron de Symantex dont l’index était particulièrement élevé.


Mais pourquoi celles et ceux qui quittent volontairement le pouvoir sont-ils si rares et si peu nombreux ? Eh bien parce que cela revient à faire un geste inouï, se délester de son propre pouvoir, comme une contradiction dans les termes. Or l’histoire, de Charles Quint à De Gaulle ou plus récemment Benoît XVI, en passant par le Richard II de Shakespeare, nous donne l’exemple de ces leaders ayant commis cet acte proprement paradoxal que l’on nomme historiquement, non pas la démission, ou le renoncement, mais l’abdication.


Le cardinal Robert Bellarmin, ce prête jésuite béatifié et mort en 1621, avait trouvé les mots justes pour décrire cette décision presque inconcevable : « Vivre dans le monde et mépriser les biens du monde dans le même temps est chose très difficile » expliquait-il, « voir les belles choses et ne pas les aimer, goûter des choses douces et ne pas éprouver du plaisir, (…), désirer les durs travaux, se tenir volontairement à la dernière place, céder aux autres les grades les plus éminents et finalement vivre dans la chair presque sans chair » (p. 81), voilà qui décrivait bien la contradiction interne du pénible, et rare, exercice de l’abdication.


On se souvient en 1993 d’Alain Juppé par exemple écrivant la Tentation de Venise avant d’être candidat perdant à la primaire de la droite et du centre quelques années plus tard. Quitter ses fonctions pour revenir à sa condition privée, voilà qui n’est jamais aussi délicat et difficile que pour celles et ceux qui ont, un temps, régné.


Or, Jacques Le Brun, un ancien enseignant de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes décédé l’an passé après avoir contracté la Covid19, est l’auteur d’un essai remarquable sur ce qu’il nommait non sans esprit de paradoxe, le « pouvoir d’abdiquer », et qui constituait pour lui l’impensé de la philosophie politique et des études en leadership. Comment justifier un tel acte ? Coup de fatigue ? Souci de soi ? Burn-out ? Ruse ultime en espérant être rappelé en sauveur ? « Nous sentons bien », expliquait l’auteur, qu’à « cet acte hors du commun », aussi hors du commun aujourd’hui qu’il l’était hier, « ne sauraient suffire les trop bourgeoises explications ».


Au fond, il y a dans l’abdication, quelque chose qui est de l’ordre du secret. Derrière le dirigeant il y a un homme, ou une femme. Ce secret n’appartient qu’à celui ou celle qui démissionne. Qui en a choisi les termes, le tempo, et la forme. Bref qui a cédé sur tout sauf sur sa souveraineté : car paradoxalement il faut beaucoup de force pour ne pas exercer le pouvoir.


A la fin des fins, reste la grandeur de ce geste d’abandon absolu qui demeure. Le leader abdicant est parti, mais la portée de son message n’a jamais été aussi forte, comme si l’exercice du vrai pouvoir incluait la possibilité de savoir le lâcher. Il faut donc quitter la scène, ou plutôt savoir en changer, comme l’expliquait Le Brun (p. 132) : « Aller de la gloire de l’imperium pour acquérir la gloire de l’empire sur soi. »


D'APRÈS LE LIVRE :

Le pouvoir d'abdiquer - Essai sur la déchéance volontaire

Le pouvoir d'abdiquer - Essai sur la déchéance volontaire

Auteur : Jacques Le Brun
Date de parution : 09/04/2009
Éditeur : Gallimard
COMMANDER

Les dernières vidéos
Idées, débats

Les dernières vidéos
de Ghislain Deslandes

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER