Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Vivre avec les robots

Publié le mercredi 10 novembre 2021 . 4 min. 29

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Serions-nous prêt à vivre avec des robots ? Si l’on en croit une enquête Opinion Way les français seraient partagés, une courte moitié parmi eux indiquant une réponse positive. Mais comme souvent dans les enquêtes de ce genre, le détail se loge dans la formulation elle-même : car, après tout, qu’est-ce qu’un « robot » ? S’agirait-il d’un « esclave », tel un aspirateur, un super-blender ou un babycook, comme l’indique l’origine de l’expression tchèque robota, inventé par la dramaturge Karel Capek en 1920 ? Ou entendons-nous « robots » selon l’acception de plus en plus admise, à savoir de véritables compagnons de route, capables de confiance, de soin à notre égard et pourquoi pas d’amour ? D’un côté des machines automatisés, sans autonomie ni émotions, de l’autre des « substituts », qui certes exécutent à notre avantage toutes sortes de tâches mais d’une manière qui nous ressemble, qui nous séduit.


Cette interrogation est le point d’entrée de l’essai proposé par Paul Dumouchel et Luisa Daminano, respectivement professeurs de philosophie à l’Université de Kyoto et à l’Université de Messine. De fait, vivre avec ces simulateurs de relations humaines, qui nous inquiètent autant qu’ils sont susceptibles de nous accompagner selon les besoins de nos existences, n’est pas sans conséquences en effet.


Conséquences sur la manière de vivre avec ces machines partiellement autonomes : comme l’indiquent les auteurs « créer un aide-soignant artificiel, un compagnon robotique pour les personnes esseulées, ou une nourrice fabriquée qui prend soin des enfants en l’absence des parents, c’est bel et bien introduire au sein de nos relations ordinaires des agents sociaux artificiels qui se substituent à des agents humains » (p. 40). Conséquences également sur la conception même de cette « présence sociale » d’un genre particulier, incarnées par des substituts dotés d’empathie artificielle. En effet c’est bien d’une capacité relationnelle dont ils ont besoin pour fonctionner, avec ce qu’il faut de sympathie, d’altruisme et d’humour pour nous faire embrasser pleinement, et croire, à cette nouvelle « sociabilité ». Car la robotique sociale ne relève pas seulement de la performance technologique, mais oblige ses concepteurs à mieux nous connaître socialement, cognitivement, psychologiquement. Dumouchel et Damiano évoquent par exemple le petit Paro, du nom d’un robot thérapeutique qui ressemble à un bébé phoque du Groenland de 2,8 kilos. Ils expliquent que « de nombreuses études ont montré que Paro a un effet bénéfique sur la santé mentale et physique de personnes âgées. À son contact, elles améliorent leurs capacités cognitives et émotionnelles, de même que leur capacité à gérer le stress » (p. 169-70).


Mais ne rêvons pas trop tout de même. Et ne cherchons pas chez Paro et chez tous ces « êtres artificiels » du même type « une perfection qui nous échappe » (p. 37).  L’horizon qui indiquerait que nous ne serons bientôt plus pour ces machines que ce que les animaux domestiques sont pour nous, paraît encore loin… comme l’indique John Cohen, cité page 62, les « automates actuels » ne savent ni rire, ni rougir. En bref, les robots sociaux, même s’ils sont dotés d’une certaine autorité, condition même de leur relative autonomie, n’ont aucun affect qui leur soit propre, « ils ne ressentent rien » (p. 156). Et les auteurs de pointer à juste titre l’urgence éthique et philosophique auquel font face les concepteurs de ces machines, dès lors que « sur les marchés financiers, dans les transports aériens ou dans des zones de combat », elles doivent être en mesure d’agir conformément au devoir, lequel doit être pensé très en amont.


La référence aux zones de combat peut sans doute inspirer un sujet de réflexion pour l’avenir des organisations. Dans le domaine militaire en effet, les systèmes autonomes ont des atouts à faire valoir : ils sont loyaux, plus rapides et plus efficaces que n’importe quel combattant, et donnent ainsi un avantage militaire certain aux armées qui en sont dotées. Les auteurs s’empressent d’ajouter un paramètre décisif : « l’idée de na pas avoir à partager le pouvoir séduit ceux qui commandent », reconstituant ainsi « l’idéal organisationnel de l’armée » (p. 204).


Ce soldat modèle aura-t-il un jour son équivalent dans le civil, l’employé modèle ? Sans humeur ni reproche, jamais fatigué, ne voulant la place de personne, calme et toujours prêt à l’emploi, précisément, et à qui on pourrait même donner les allures d’un petit chevreau inoffensif. Face à ce petit animal électronique rempli de bonnes intentions, nul doute que, pour le meilleur ou le pire, ce sont nos conceptions de l’idéal organisationnel tout court qu’il nous faudrait alors repenser de fond en comble.


D'APRÈS LE LIVRE :

Vivre avec les robots, Essai sur l'empathie artificielle

Vivre avec les robots, Essai sur l'empathie artificielle

Auteur : Luisa Damiano et Paul Dumouchel
Date de parution : 11/02/2016
Éditeur : Seuil
COMMANDER

Les dernières vidéos
Idées, débats

Les dernières vidéos
de Ghislain Deslandes

#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT Savoir réussir sa sortie Ghislain Deslandes 29/06/2022
Ghislain-Deslandes-Savoir-reussir-sa-sortie-306348775.jpg
04:19
#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT Sortir de la souffrance au travail Ghislain Deslandes 16/06/2022
Ghislain-Deslandes-Sortir-de-la-souffrance-au-travail-306348930.jpg
04:31
x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER