Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Pourquoi donc publier un livre au XXIème siècle ?

Publié le jeudi 1 décembre 2022 . 4 min. 46

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Il était quasiment admis que le livre et les Maisons d'éditions à l'ère du numérique et de la société ouverte allaient disparaître, à l'instar de produits emblématiques comme la machine à écrire, la calculette ou le transistor. Pourtant, en dépit d'un bouleversement indiscutable du monde de l'édition et des changements à venir en termes de modèle de production et de commercialisation, le livre demeure une référence tant sur le plan académique que professionnel. Si les changements à l'oeuvre ont incontestablement eu un impact économique sur ce produit phare, ce dernier continue de susciter l'intérêt d'auteurs de plus en plus nombreux, l'attention des institutions et des entreprises, ainsi que celle de lecteurs aux profils bien souvent différents.

Dès lors, comment expliquer cet engouement dans un contexte d'hyper-compétition, de rationalisation des activités (capacités de stockage, coûts logistiques) et de transformations technique et numérique.

Les études et observations menées dans le domaine nous conduisent à mettre en avant 5 principales raisons :

1) Tout d'abord, le livre n'est pas un produit comme les autres. C'est un produit culturel qui marque l’attachement à la culture de l’écrit. Le livre est la pierre angulaire de l’apprentissage, de l’accès à la connaissance. Il est le symbole de la mémoire collective, de la transmission et le garant social d’une production, d’un savoir, une forme d’héritage culturel, éducatif et cognitif, où une pluralité de sens sont mobilisés, comme la vue et sa dimension esthétique, le toucher, l’odorat de l’encre et du papier. Ces perceptions varieront aussi en fonction du choix du format retenu, des couleurs, de la nature du papier mais aussi de la taille et de la forme de la police.

2) Ensuite, le livre est l’aboutissement d’une pensée, d’un travail, la réalisation effective d’une production qui sanctionne l’intensité et la qualité d’un travail professionnel, académique, universitaire ou personnel. Ecrire permet non seulement de formuler et d’articuler ses idées, mais aussi de mieux communiquer. La production d’une œuvre permet de marquer une fin, avec une date officielle permettant de graver dans son propre parcours, une période importante de sa vie, fruit souvent d’une expérience marquante ou le couronnement d’une trajectoire diplômante à l’instar d’une thèse de doctorat ou d’un DBA.

3) Le livre renferme également une fonction thérapeutique, presque psychanalytique, en faisant de l’écriture et de la lecture, un moment de respiration, un moment d’évasion et d’émotion, une expérience unique où l’on pense et agit avec soi, une fenêtre par laquelle on peut s’évader, rêver, espérer.

4) De même, le livre est le symbole d’une réussite qui rejaillit sur l’auteur mais également sur son entourage familial et professionnel, en créant un lien affectif et émotionnel entre les différents membres. Le livre est en effet l’occasion de revenir sur son passé, son parcours, ses moments forts mais également sur certaines phrases ou passages du livre qui ont pu étonner, surprendre, interpeler, parfois choquer, mais sur lesquels des échanges et discussions peuvent s’engager.

5) Enfin et surtout, le livre est devenu un marqueur identitaire, une carte de visite, qui permet de justifier sa présence dans les médias, d’autoriser d’intervenir dans certains cercles ou colloques, de réaliser des missions ou interventions en sa qualité d’expert. Le livre a ainsi remplacé le titre et la fonction.

Ainsi, le marché du livre continuera sans aucun doute à évoluer et à se transformer mais on peut légitimement penser que le livre physique gardera une fonction spécifique, liée d’une part à ses avantages pédagogiques et didactiques mais surtout à son rôle social et hautement symbolique (valorisation sociale). Il répond certainement aussi à une fonction de sécurité face à un monde de plus en plus virtuel, où avoir c’est savoir, posséder c’est exister.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :