La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL STRATÉGIE & MANAGEMENT Stratégie & Management Restaurer le dialogue social...
https://player.vimeo.com/video/179881636?autoplay=1 Patrice-Laroche-Patrice-Laroche-Restaurer-le-dialogue-social-en-France-5352.jpg
20/10/201602:56

La France est le pays industrialisé où les relations sociales sont souvent décrites comme étant les plus mauvaises, à la fois du point de vue des dirigeants d’entreprise et du point de vue des salariés. La syndicalisation des salariés serait-elle responsable de l’exceptionnelle conflictualité de nos relations sociales ?


En fait, paradoxalement, c’est plutôt l’absence de syndicalisation qui explique cette conflictualité !


Il y a environ 7% de salariés syndiqués en France, le taux le plus faible de tous les pays de l’OCDE…


Or, comme l’ont bien montré les économistes Yann Algan et Pierre Cahuc, ce sont dans les pays scandinaves que les taux de syndicalisation sont les plus élevés mais aussi que les relations sociales sont les moins conflictuelles. Selon eux, un syndicalisme de masse favorise la coopération. Tandis qu’un syndicalisme de professionnels de la représentation avec peu d’adhérents, comme c’est le cas en France, favorise la culture du conflit.
Sandra Black et Lisa Lynch, deux chercheuses américaines ont par ailleurs découvert que ce ne sont pas les pratiques de management en elles-mêmes qui expliquent la productivité des salariés mais plutôt la façon dont les méthodes de management sont introduites dans l’entreprise. Elles montrent que les entreprises où les employés participent à l’élaboration et à la mise en œuvre de ces pratiques, ont une productivité beaucoup plus élevée que les autres. Par ailleurs, les entreprises connaissant une implantation syndicale ont une meilleure capacité d’adaptation aux nouvelles méthodes de management, sont plus coopératives et ont une bien meilleure productivité du travail.


Ces résultats viennent corroborer les travaux de Freeman et Medoff qui ont montré que les syndicats pouvaient améliorer la qualité des relations de travail en offrant aux salariés la possibilité de s’exprimer plutôt que de choisir la démission ou le conflit. Autrement dit, des règles ou des politiques ont d’autant plus de chances d’être efficaces qu’elles ont été décidées d’un commun accord et non pas imposées, comme l’a suggéré également Elinor Ostrom, prix Nobel d’économie en 2009.


En France, l’intervention directe de l’Etat vide le dialogue social d’une grande partie de sa substance. La qualité des relations sociales dépend de la vitalité de la coopération entre dirigeant d’entreprise et salariés. Pour activer la confiance mutuelle, l’Etat doit leur transférer des champs de compétences plus larges. C’est d’ailleurs un des objectifs de la « loi travail » actuellement débattue en France.
Mais attention… cette évolution suppose que les syndicats soient réellement représentatifs des intérêts des salariés. Des syndicats de masse fondés sur les services qu’ils proposent à leurs adhérents et dont les ressources proviennent de manière transparente des cotisations, voilà le contexte qu’il faut réussir à créer si l’on veut restaurer une confiance minimale dans le dialogue social en France.


En savoir plus

Mots clés : ManagementRecherche en gestionFNEGEDialogue socialRecherche en gestionSyndicats

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier