La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL BUSINESS Cap décideurs FinTechs : pourquoi un tel...
https://player.vimeo.com/video/133145055?autoplay=1 Hubert-de-Vauplane-FinTechs-pourquoi-un-tel-engouement--3946.jpg
15/07/201504:50

On va essayer de comprendre aujourd’hui l’engouement autour des FinTechs, que l’on appelle aussi les start-ups de la finance. Leur succès a aujourd’hui dépassé le simple succès d’estime. La preuve, ce sont des exemples comme la cagnotte en ligne Leetchi, qui revendique trois millions d’utilisateurs, ou encore le compte Nickel, qui vise 200 000 clients d’ici la fin de l’année. Vous êtes avocat associé chez Kramer Levin Naftalis & Frankel LLP.

 

Quelles sont selon vous les raisons de ce succès ?

 

Les FinTechs proposent un renouvellement de l’expérience client qui répond à un changement de comportement du consommateur avec le digital. Les FinTechs répondent aussi à l’exigence d’hyperpersonnalisation. Exemple dans un contexte différent : Les FinTechs sont comme les restaurants qui proposent de composer sa propre salade plutôt que d’en vendre une toute faite. On est dans le même schéma mais avec des produits financiers et des services bancaires.

 

L'apparition des Fintechs est-elle une réaction par rapport aux banques et à la crise de défiance née 2008 ?

 

On a tort d’opposer systématiquement Banques et FinTechs. Une start-up peut être une FinTech, mais une banque peut aussi être une FinTech.
La différence, c’est que les banques proposent des produits packagés peu transparents, alors qu’en règle générale, une FinTech propose un produit ou un service unique.

 

Les FinTechs menacent-elles directement les banques traditionnelles ? 

 

Aujourd’hui, on a besoin du banquier pour gérer son compte courant. Mais pour les produits d’épargne ou les services financiers, on ne veut pas forcément le package proposé par son réseau bancaire. Le risque le plus important pour les banques, c’est donc de perdre les produits à forte valeur ajoutée et de devenir de simples gestionnaires de comptes.

 

Comment les banques peuvent-elles réagir ? On a l'impression d'une réponse faible face à cette menace...

 

Ce n’est pas facile pour elles car leurs effectifs sont pléthoriques et le paquebot est lent à manœuvrer. Et puis les banques sont aujourd’hui soumises à des contraintes règlementaires qui étouffent leur capacité d’innovation.

 

Pour conclure : quelles tendances peut-on anticiper sur le paysage concurrentiel ? 

 

Ce qui manque aux Fintech, c’est l’accès au client. La relation client reste le pré carré des banques. Mais la faiblesse des banques, c’est le  produit. Elles ont donc tout intérêt à s’allier avec les FinTechs ou à les racheter (c’est ce que l’on voit aujourd’hui dans le paysage concurrentiel). Ce qui pourrait arriver très vite : l’émergence d’un établissement FinTech où chacun pourra « composer sa salade ». Il s’agira alors d’une menace directe sur les banques.

 

Hubert de Vauplane, FinTechs : pourquoi un tel engouement ?, une vidéo Xerfi Canal TV


En savoir plus

Mots clés : InnovationNumériqueStart-upBanques Kramer Levin Naftalis & FrankeFinTechsHubert de Vauplane

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier