Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La Chine peut-elle oser la rupture face à l'Occident ?

Publié le jeudi 28 avril 2022 . 4 min. 01

Voir plus tard
Partager
Imprimer

La Chine peut-elle prendre le risque de couper ses liens économiques avec les pays de l’OCDE comme l’a fait la Russie en attaquant l’Ukraine. C’est difficile à croire. Parce que déjà sa demande intérieure est trop faible et que sa croissance dépend trop de ses exports. Qu’il y a eu aussi, depuis son adhésion à l’OMC en décembre 2001, une forte imbrication capitalistique entre les deux zones, et qu’enfin, contrepartie de ses excédents commerciaux la Chine détient des réserves de change considérables en devises étrangères. Finalement, en cas de séparation entre la Chine et les pays de l’OCDE, la croissance chinoise serait plombée or il en va de la stabilité politique du pays.


La trajectoire prise par l’économie chinoise renvoie aujourd’hui l’image d’une économique proche de l’asphyxie. La propagation du variant Omicron et la politique du zéro Covid conduisent au confinement de grandes villes et plombe l’activité. Les PMI manufacturier comme non manufacturier sont passés sous la barre des 50 en mars dernier entrant ainsi dans la zone indiquant une contraction de l’activité.


Mais au-delà même des conséquences de la crise de la Covid-19, la stratégie de Xi Jinping de la double circulation, visant à la fois à stimuler le marché intérieur et le commerce extérieur pour diversifier les risques ne fonctionne pas car la demande intérieure est défaillante. Le consommateur chinois n’est notamment pas à la fête comme le montre l’essoufflement des ventes au détail et des services de restauration. Au ralentissement du développement de la classe moyenne, se pose le problème du vieillissement démographique conjugué à la faiblesse du système de retraite et de santé qui contraint les ménages à épargner plus. A plus long terme, le recul de la population en âge de travailler va se traduire par une réduction de la capacité du pays à créer de la croissance. Face à une progression au ralenti de la demande domestique, ce sont donc les exportations qui tirent la croissance. Or, les pays de l’OCDE absorbent plus de la moitié des exportations chinoises, des exports en hausse pour un total de plus de 1 300 milliards de dollars en 2020, c’est plus de 9% du PIB chinois en valeur. Et ce sont les Etats-Unis et l’Europe qui forment bien l’essentiel des marchés extérieurs chinois en étant la destination de plus d’un dollar sur 3 exportés par l’Empire du milieu. C’est une source essentielle de croissance.


Le flux et les stocks des investissements directs globaux donnent de leurs côté une bonne indication de l’imbrication capitalistique des économies : que ce soient les flux entrants ou sortants, ils sont en forte progression, notamment des sorties signe d’une Chine très offensive à l’extérieur de ses frontières. Les stocks d’IDE détenus par les entreprises étrangères en Chine sont proches de 2 000 milliards d’euros, mais à rebours entreprises et investisseurs chinois sont à la tête d’un stock d’IDE de près de 2 500 milliards de dollars à travers le monde.


Or ce sont bien les Etats-Unis et l’UE les premiers investisseurs en Chine, mais aussi les principaux récipiendaires des investissements chinois. Sur les quelques 1 300 milliards de dollars investit par la Chine entre 2005 et 2019, près de 14,5% ont eu pour destination l’UE à 28 et 10% environ les Etats-Unis. En y ajoutant simplement, l’Australie, la Suisse et le Canada, c’est déjà 36% de l’ensemble.


Une rupture entre les deux blocs entraînerait de facto pour les deux de sérieuses pertes. Il y a pour finir les immenses réserves de change qui approchent les 3 500 milliards de dollars. Or cela a agi comme un électrochoc quand les pays occidentaux ont décidé de geler les réserves de la banque centrale russe détenues à l’étranger auprès d’autres instituts monétaires. Impossible pour elle de piocher dans ce trésor de guerre. Pour la Chine cela signifie que la sécurité de ses réserves détenues à l’étranger n’est pas garantie. Elles peuvent aussi être prises en otage dans le cadre de sanctions, en particulier venant de Washington. Or même s’il s’agit d’un secret très bien gardé, un simple regard sur la structure de la composition des réserves de changes des pays émergents dévoilent la domination du dollar, l’euro étant loin derrière.


Bref, le coût économique pour la Chine de couper ses liens avec l’Occident est aujourd’hui trop grand pour que le gouvernement chinois puisse prendre un tel risque.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER