Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La grande bascule de l'économie mondiale s'accélère

Publié le mercredi 6 avril 2016 . 5 min. 03

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal TV présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

 

Les grands pays émergents vont mal : brutalité du ralentissement chinois ou encore récession au Brésil et en Chine. Seule l’Inde détonne et encore. Difficile de porter un jugement sur la croissance indienne depuis qu’en janvier 2015, la modification des méthodes de calculs de croissance a tout à coup accéléré cette dernière. Face à ce bloc, les Etats-Unis tiennent le cap d’une croissance solide et l’Europe monte en puissance. Notre scénario d’une croissance qui bascule des pays émergents vers les pays avancés s’est consolidé au fil des trimestres, à l’exception du Japon. Par grande région, le malaise est très perceptible en Amérique latine notamment à travers l’évolution de ses échanges avec le reste du monde : en dollars, les exportations ont décroché de 20% depuis l’été 2014 pour retomber à leurs niveaux de l’été 2010.

 

Et si les exportations flanchent c’est d’abord à cause de l’effondrement des prix des matières premières comme le montre l’évolution comparée des exports et d’un indicateur global du cours des matières premières.  Pas étonnant : les produits agricoles, c’est 60% des exportations argentines, le pétrole 50% de celles de la Colombie, les métaux les 2/3 de celles du Pérou, le cuivre 50% de celles du Chili. Quant aux exportations des produits primaires  (produits agricoles, pétrole et autres) c’est 56% du total au Brésil. Le coup est d’autant plus rude que ces pays n’ont pas profité des années de vaches grasses pour diversifier leurs activités ou se constituer des fonds souverains susceptibles de lisser les à-coups et réduire leur dépendance aux matières premières. Au contraire, les symptômes de la maladie hollandaise sont flagrants avec à la clé une primarisation des économies. Les revenus extérieurs de l’Amérique Latine ont ainsi fondu et c’est le retour de la contrainte externe : encore excédentaire en 2007, le solde courant a viré au rouge depuis, pour plonger à près de - 300 milliards de dollars l’an dernier, soit 4,5% du PIB régional. C’est le pire résultat depuis le début des années 80. Les problèmes de financement s’intensifient et à la crise économique s’ajoutent maintenant des risques politiques comme au Brésil, sans parler du Venezuela…. Après avoir évité de justesse de passer en territoire négatif en 2015, le PIB régional reculerait d’environ 1% cette année selon notre scénario.

 

Et si l’Amérique latine chute, c’est bien parce que l’Asie trébuche et en son centre la Chine devenu un partenaire commercial incontournable : les échanges ont été multiplié par 20 ces 15 dernières années. Or, la Chine importe de moins en moins. En cumul sur 12 mois, ses importations ont reculé de près de 14% à fin février pour revenir à son niveau de début 2012. Bien entendu, là encore la chute du prix des matières premières est passée par là. De même, il y a de plus en plus de composants chinois dans les produits made in China ce qui limite les imports. Mais si les importations fléchissent c’est aussi parce que la demande flanche. C’est ce que confirme l’indice des directeurs d’achats (le PMI) du secteur manufacturier, qui depuis août 2015 flirte avec la barre des 50, qui marque la frontière entre expansion et contraction de l’activité illustrant les déboires de l’industrie chinoise. Si ce n’est pas bon pour l’Amérique latine, c’est encore moins bon pour ses voisins asiatiques qui voient s’affaiblir leur principal pôle de dynamisme.

 

Et c’est bien l’Asie dans son ensemble qui ralentit actuellement.C’est d’ailleurs en partie pour cette raison que, parmi les pays avancés, seul le Japon ne parvient pas à réellement accélérer et que notre prévision reste bloquée à moins de 1%, bien inférieur aux performances des économies comparables. Pour trouver un brin de dynamisme, il faut aller aux Etats-Unis. L’économie américaine se rapproche du point de bascule où les créations d’emplois vont mordre sur la formation des salaires et donner un coup de pouce à la consommation et à l’investissement résidentiel. C’est assez pour contrebalancer les vents contraires extérieurs. Plus domestique, la croissance devrait monter en régime et atteindre 2,3% en moyenne en 2016. En Europe, la zone euro entame sa 4ème année de croissance, laquelle va gagner en intensité grâce là aussi aux achats des ménages et à la consolidation de la reprise de l’investissement résidentiel. Cela sera suffisant pour porter la croissance à 1,7%, sa meilleure performance depuis 2010. Des pays développés qui s’appuient sur leurs forces intérieures face à des pays émergents fragilisés par la panne du commerce mondial et aux risques politiques, 2016 ne fait que renforcer la grande bascule de la croissance mondiale, une croissance coincée sous les 3%.

 

Alexandre Mirlicourtois, La grande bascule de l'économie mondiale s'accélère, une vidéo Xerfi Canal TV


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER