Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La grande panne de l'ascenseur social

Publié le jeudi 16 mars 2017 . 3 min. 50

Voir plus tard
Partager
Imprimer

L’ascenseur social n’est peut-être pas tout à fait panne mais il fonctionne beaucoup moins bien. A priori, il n’est pas bloqué : à la fin des années 70, seulement 57% des hommes de 40 à 59 ans n’appartenaient pas à la même catégorie sociale que leur père, contre 65% au milieu des années 2000.


Mobilité sociale ne rime pas forcément avec ascension sociale


Cependant, cette hausse de la mobilité ne rime pourtant pas forcément avec ascension sociale. Car elle est en grande partie liée à l’évolution structurelle de la population active. Je veux parler de la baisse du nombre d’agriculteurs, et de celle, plus récente, du nombre d’ouvriers avec le déclin de l’industrie au profit de la part des professions intermédiaires ou des employés. Or, un fils d’ouvrier devenu magasinier est jugé mobile alors que sa position dans la hiérarchie sociale n’a pas vraiment changé.


C’est pourquoi il faut se concentrer sur la mobilité sociale nette, soit la part non liée aux évolutions structurelles, une mesure plus ou moins de « l’égalité des chances d’accéder à une position sociale », quelles que soient les transformations de l’emploi. Or, cette réduction de la mobilité sociale nette, qui a commencé avec la crise de 1993, s’est renforcée depuis. Les travaux de Cédric Hugrée sur la période 2010-2014 montrent que ce sont les plus favorisés qui s’en sortent le mieux, confirmant les résultats des études précédentes : 41% des fils et filles de cadres supérieurs sont ainsi eux-mêmes cadres supérieurs, contre 8% pour les enfants d’ouvriers. Seuls 17% des enfants d’agriculteurs restent dans le métier faute de débouchés et deviennent dans un cas sur deux employés ou ouvriers. Nous sommes bien là dans l’immobilité sociale.


L’école, énorme machine à reproduction sociale


Ce déterminisme renvoie au système éducatif. Certes, la part d’enfants d’ouvriers qui sortent de l’école sans diplôme ou uniquement avec le brevet soit passée de 80% à 20% entre 1946 et 2000, et sûrement moins aujourd’hui. Mais la belle affaire ! Ces données en valeur absolue ne disent rien sur les évolutions relatives par rapport aux autres classes sociales et aux besoins de la société.  Les jeunes du milieu ouvrier représentent aujourd’hui 11% seulement des étudiants, soit presque trois fois moins que leur part parmi des 18-23 ans. En grossissant à peine le trait, le rapport s’inverse pour les enfants de cadres supérieurs. Et encore, si on restreint l’investigation aux écoles d’ingénieurs et aux classes prépas, c’est encore plus édifiant : 6% des effectifs sont composés des enfants d’ouvriers alors que presqu’un étudiant sur deux de ces filières les plus sélectives est issu des milieux les plus favorisés.


En d’autres termes, le système éducatif est une énorme machine à reproduction sociale : les filières élitistes sont socialement fermées et l’importance des revenus des parents sur la réussite scolaire s’accroît. D’ailleurs, d’après l’OCDE, la France est l’un des pays où le milieu social influe le plus sur le niveau scolaire, bien plus qu’en Allemagne, aux Etats-Unis ou en Espagne par exemple.


 

Il faut ajouter à cela le déclassement des diplômes


Si l’étude est trop partielle pour en conclure que la France est championne du monde des inégalités, la situation n’est pas satisfaisante. En outre, les jeunes diplômés sont de plus en plus souvent déclassés : en 1984, 3,7% des diplômés du bac ou plus, sortis depuis au moins 11 ans du système scolaire, étaient ouvriers ou employés non qualifiés. Trente ans plus tard, cette part est grimpée à 22,6%.


Les jeunes sortis des grandes écoles sont encore pas ou peu concernés, mais c’est une dure réalité pour les autres : les bac + 5 chassent les bac + 3, qui prennent la place des bac et ainsi de suite. Résultat : les jeunes acceptent des postes pour lesquels ils sont surdiplômés. Si la mobilité sociale est l’un des piliers de la cohésion sociale et de la démocratie, il y a vraiment de quoi s’inquiéter.

 

Alexandre Mirlicourtois, La grande panne de l'ascenseur social, une vidéo Xerfi Canal TV.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER