Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Les grands groupes de médias sous contrôle

Enregistré le jeudi 14 octobre 2021 . 4 min. 31

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Avant chaque élection les questions de pluralisme, d’indépendance et de diversité de l’information font controverse. Autant de questions qui peuvent être abordées par le prisme de la propriété des médias. Une propriété encadrée en France par un arsenal législatif avec la règle dite des « deux sur trois » qui interdit à un même groupe de posséder à la fois un quotidien, une radio et une télévision de diffusion nationale et ne lui autorise que le contrôle de deux de ces trois supports. A cette disposition générale s’ajoutent des règlements spécifiques par média, comme l’interdiction pour un même groupe de concentrer plus de 30% de la diffusion totale de la presse quotidienne d’information politique et générale ou de posséder des stations radiophonique dont l’audience cumulée dépasserait 20%. C’est aussi l’impossibilité pour un même actionnaire de contrôler plus de 49% du capital et des droits de vote d’une chaîne de télévision hertzienne nationale.


Ces garde-fous, aussi restrictifs qu’ils soient, n’ont rien pu faire pour éviter la concentration des médias au profit d’acteurs issus du même monde, celui des affaires, avec un glissement des opérateurs historiques venus de l’industrie vers ceux en provenance des télécoms ou de la finance. Ce glissement est manifeste dans la presse. Hors l’Equipe, le Monde est un solidement installé en tête de la diffusion payée de la presse quotidienne nationale et devance le Figaro en 2ème position. En cran en dessous, le couplage Le Parisien-Aujourd’hui en France devance les Echos, La Croix, Libération et l’Humanité. Parmi ces titres, le top 4 soit près de 85% de la diffusion payante à un lien direct avec le monde des affaires.


Le groupe Dassault a pris le contrôle du Figaro aux héritiers de la famille Hersant dans les années 2000. Le groupe Arnault via LVMH a repris en 2015 Le Parisien et Aujourd’hui en France au groupe de presse Amaury, LVMH qui contrôlait déjà les Echos depuis 2007. Quant au Monde, il  a aussi connu une profonde restructuration de son actionnariat avec l’arrivée de Xavier Niel actionnaire principal d'Iliad, groupe de télécommunications, de Matthieu Pigasse issu du monde de la finance et du milliardaire-industriel tchèque Daniel Kretinsky.


La presse quotidienne régionale n’a pas totalement échappé à ce mouvement. Leader de la PQR avec ses 9 titres régionaux couvrant 23 départements de l’Est de la France, le groupe EBRA constitue le pôle presse du Crédit Mutuel depuis 2006. Il se place devant Sipa – Ouest France, très présent sur la façade Atlantique et de la Manche qui est sous le contrôle d’une association et le Groupe familial Rossel, acteur de référence dans le Nord de la France avec la Voix du Nord notamment.
Quant à la presse magazine d’information générale ou économique elle est aussi dominée par le monde des affaires : Paris Match et le Journal du Dimanche font partie de la galaxie Lagardère, Le Point est sous contrôle du groupe Artemis société holding qui gère les participations de la famille Pinault, L’Express est la propriété d’Altice Media de Patrick Drahi quant à Marianne elle appartient au milliardaire tchèque Daniel Kretinski. 


De son côté, le monde radiophonique se scinde, lui, en trois groupes biens distincts : 1- les radios publiques, 2- les stations privées commerciales et 3- une multitude de petites structures associatives privées. En centrant l’analyse sur les grandes stations généralistes Radio France, sous contrôle et influence de l’Etat domine avec plus de 23% de parts de marché devant RTL. RTL propriété du groupe M6 qui jusqu’à peu était lui-même détenu par le groupe de média allemand Bertelsman avant son désengagement et sa reprise (sous couvert de l’assentiment du CSA et de l’Autorité de la concurrence) par TF1. Longtemps sous la houlette d’Arnaud Lagardère, Europe 1 a vue l’arrivée de Vincent Bolloré, déjà propriétaire du groupe Canal+. Quant à RMC, la radio fait partie de l’empire de Patrick Drahi. 


La télévision est quasiment un copier-coller de la radio. Sous contrôle à 100% de l’Etat français, le groupe France Télévisions est en tête des audiences avec un peu moins de 30% de parts de marché et devance le groupe TF1 dont l’actionnaire de référence depuis sa privatisation en 1986 est le groupe Bouygues qui en reprenant M6, le numéro 3 du secteur, dépasserait avec plus de 30% de part d’audience l’actuel leader. Viennent ensuite le groupe Canal + contrôlé par Vivendi sous la houlette de Vincent Bolloré et Altice (c’est-à-dire BFM et RMC) avec comme actionnaire principal Patrick Drahi. 


Les mêmes noms de milliardaires, les mêmes mouvements de concentrations autours d’opérateurs venus du monde des affaires notamment des télécom et de la finance, les médias sont sous influence peut-être pas directe mais sous influence quand même.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER