Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Maghreb : une résistance étonnante durant la crise

Publié le mardi 3 mai 2022 . 4 min. 45

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Le Maghreb cochait, a priori, toutes les cases pour sombrer avec la crise de la Covid-19. L’affaissement simultané de deux des principaux piliers de la croissance devait mettre la région à terre, faute d’une diversification économique suffisante. Pour l’économie algérienne, il ne pouvait y avoir pire que l’effondrement combiné des cours et de la production de pétrole. Il faut revenir sur ce qui reste encore le cœur du système productif algérien c’est à dire, les hydrocarbures.


Avant la pandémie, l’industrie des hydrocarbures c’était près de 20% du PIB du pays, 41% de ses recettes budgétaires et 94% de ses exports. Or, malgré un prix du Brent en baisse de 34% en moyenne sur l’ensemble de l’année et une production en chute de plus de 10%, le recul du PIB est resté limité à 5% environ et dès la fin de l’été 2021, aidé par la remontée et l’envolée du cours de l’or noir, il dépassait déjà son niveau pré-pandémie.


Pour la Tunisie et le Maroc de leur côté, rien de plus catastrophique que l’effondrement du tourisme mondial. Avant le Covid, l’industrie touristique c’était en effet plus de 12% du PIB marocain, plus d’un emploi sur 10 et des recettes touristiques étrangères représentant près du quart des exportations totales, des recettes qui se sont effondrées de 61% en 2020. Les chiffres de la Tunisie sont comparables avec certes un poids des recettes touristiques moins important dans les exports mais leur chute a été plus violente (-67%).


Que ce soit pour l’un ou l’autre il s’agit là du tarissement d’une source de devises étrangères fondamentales. Mais avec un recul de 6,3% la croissance marocaine en 2020 a somme toute mieux résisté que la croissance française. La Tunisie est plus atteinte mais elle fait quand même mieux que l’Espagne. Finalement, à la fin du quatrième trimestre 2021, le Maroc dépassait de 1,2% son pic pré-pandémie malgré la poursuite de la panne du tourisme mondial. La remontée est certes plus laborieuse pour la Tunisie qui reste écartée de près de 5% de son dernier pic mais pris dans son ensemble le bilan du Maghreb après deux ans de pandémie n’a rien à envier à celui de la zone euro.


C’est d’autant plus étonnant compte tenu de la part de l'informel dans le marché du travail qui s’étale (hors secteurs agricoles) de 70% au Maroc à 40% en Algérie et en Tunisie avec tout ce que cela comporte comme instabilité des revenus, absence de protection sociale, de couverture maladie, etc. Des économies où les filets sociaux sont aussi plus lâches que ceux des pays occidentaux où les gouvernements n’avaient pas les mêmes marges de manœuvre budgétaires pour garantir les revenus de leur population.


Confinements et couvre-feux ont pourtant comme ailleurs dans le monde perturbé l’activité. Cette surprenante capacité de résistance, le Maghreb la doit en grande partie à la générosité de sa diaspora, car contre toute attente, les envois de fonds ont augmenté de façon exceptionnelle pendant la crise. Parce que les revenus des migrants ont été en grande partie préservés par les mesures de soutien mises en place dans leurs pays d’accueil. Parce que, comme tout à chacun, les migrants se sont constitués une sur-épargne conséquence d’une consommation empêchée à laquelle s’est ajoutée les sommes économisées liées à l’impossibilité de voyager dans leur pays d’origine. Parce qu’enfin, la solidarité familiale s’est accrue.


Si les chiffres concernant l’Algérie sont difficiles à interpréter car parasités par le poids du circuit informel dans le transfert d’argent, les flux en direction du Maroc et de la Tunisie sont plus pertinents, même s’ils sont certainement sous-estimés eux aussi. Pour le premier, ils seraient passés de 7 à 9,3 milliards de dollars entre 2019 et 2021 record absolus pour officiellement représenter 7,4% du PIB, certainement plus. Pour le second les sommes versées ont atteint 2,7 milliards de dollars l’année dernière soit également environ 7,5% du PIB.


A n’en pas douter, cela a permis de grandement atténuer le choc de la crise de la Covid dans la région. Mais une nouvelle menace plane : l’envolée des prix alimentaires dans le sillage de celle des principaux cours des matières premières agricoles. L’indice FAO qui agrège les prix sur les marchés internationaux de plusieurs denrées de base flambe et dépasse de 16% son ancien record de février 2011.


Or, il ne faut pas se tromper sur les printemps arabes, le catalyseur a été l’envolée des prix alimentaires. Il suffit d’observer l’évolution des prix mondiaux des céréales qui doublent en quelques mois et de caler certains événements : début 2011, les affrontements ont lieu en Tunisie et Ben Ali quitte le pouvoir quelques temps après. Une onde de choc qui va gagner l’Egypte, dès le 25 janvier et pousser Moubarak à abandonner le pouvoir en février.


Cette année, il faudra que le Maghreb compte une fois plus sur la générosité de ses diasporas pour encaisser l’impact de la folle augmentation des prix alimentaires avec ce bémol cependant : les revenus des communautés vivant à l’étranger sont eux aussi attaqués par l’inflation.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER