CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
ACCUEIL ECONOMIE Libre propos Les leçons de la réussite...
21/07/202104:38

Classée parmi les pays les moins avancés dans les années 1960, la Corée du Sud est aujourd’hui considérée comme une puissance industrielle avec une industrie représentant 33% de son PIB en 2019. Pays exportateur et innovant, quelles sont les recettes du succès de la Corée du Sud ?

Dès la fin du 19ème siècle, l’industrialisation a été une composante de la modernisation du pays et de son développement.

Sous occupation japonaise, le pays est le deuxième pays le plus industrialisé d’Asie derrière le Japon en raison :
- De l’installation de plusieurs entreprises japonaises qui cherchent des coûts de main d’œuvre moins élevés,
- De l’investissement dans l’industrie lourde dans le nord par le Japon pour soutenir l’effort de guerre contre la Chine.

Par la suite, l’industrie se développe grâce à :
- La demande intérieure,
- La mise en place de mesures protectionnistes pour abriter les entreprises de la concurrence étrangère.

Aujourd’hui, le tissu productif coréen est structuré autour de grands conglomérats, appelés chaebols, comme Samsung ou LG, qui se sont considérablement transformés depuis leur création.

Si l’électronique est connu comme le principal moteur de l’économie coréenne, la Corée du Sud a également des positions de force dans des industries traditionnelles comme :
- L’industrie navale,
- L’industrie automobile par exemple.

Les entreprises coréennes ont évolué pour avoir une position plus intégrée dans la chaîne de valeur. Par exemple, dans le domaine de l’électronique, elles ont évolué sur la typologie de production :
- Des écrans et des smartphones dans une premier temps,
- Aux biens intermédiaires à haute valeur ajoutée comme les semi-conducteurs, qui sont utilisés dans différents types de production et qui font des entreprises coréennes un maillon indispensable de la chaîne de valeur.

Des PME, spécialisées dans le domaine de la biotechnologie, de l’IA ou de la cyber-sécurité, se sont développées grâce à des financements publics et l’existence d’une infrastructure technologique nationale solide.

L’avance prise par certaines entreprises coréennes s’expliquent également :
- Par un effort soutenu en matière de R&D : 4,6% du PIB en 2019 contre 3,1% en Allemagne et 2,1% en France,
- Un nombre élevé de chercheurs pour 1 000 habitants : 15,8 en Corée en 2019 contre 11 en France,
- Le dépôt d’un très grand nombre de brevets internationaux,
- La capacité des grandes entreprises à travailler de manière rapprochée avec les centres universitaires.

Autre point d’intérêt de la stratégie industrielle coréenne :
- Sa capacité à planifier son industrie et à mettre en place des plans pour rattraper son retard technologique dans des domaines jugés stratégiques comme elle l’a fait dans les années 1990 pour le développement du haut débit,
- Le développement d’une approche systémique,
- Des écosystèmes industriels structurés qui permettent de passer de l’idée au développement d’un produit et à sa production.

Si le pays a été peu touché par la crise de la COVID-19, plusieurs défis vont se poser à lui :
- Une dépendance à la Chine en termes d’exportations : 25% des exportations en 2018,
- Une fécondité inférieure à 1 en 2019, situation qu’elle n’arrive pas à inverser malgré sa politique nataliste,
- Un système social peut favorable au développement de la demande intérieure.

Le pays a également mise en place un plan de 115 milliards d’euros pour soutenir le développement du pays post-crise sur 3 axes :
- Green New Deal : véhicules électriques, hydrogène, etc,
- Digital New Deal : IA, 5G, etc,
- Renforcement de la protection social.

Le pays a l’un des plus bas niveaux de dépenses sociales des pays membres de l’OCDE
Ainsi, le gouvernement a voté :
- L’augmentation du salaire minimum de 29% en 2 ans,
- Le passage de la semaine de travail maximale de 68 heures à 52 heures.
Le but de ces mesures est d’augmenter la consommation intérieure pour soutenir la croissance du pays.

Innovation, écosystème industriel et planification semblent être les recettes du succès de l’industrie coréenne. A l’heure où tout le monde parle réindustrialisation et relocalisation, peut-être est-il intéressant de définir quelles industries nous voulons sur notre territoire et quelles sont les infrastructures nécessaires à leur développement ?


En savoir plus
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier