Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Avec la pandémie et la guerre en Ukraine, les appels à relocaliser se sont multipliés pour sécuriser les approvisionnements et renforcer la souveraineté industrielle de la France.

Il n’existe pas une seule entreprise industrielle qui n’ai pas été touchée par des ruptures d’approvisionnements. Une période marquée par l’incertitude qui favorise la recherche de fournisseurs plus proches des lieux de production et des lieux de consommation.

En outre, si certains pensaient que la situation en Chine était temporaire, plusieurs éléments poussent à croire que le temporaire pourrait devenir durable :
- La gestion stricte du COVID par le pays induisant des fermetures assez courantes des unités de production,
- Les ambitions environnementales de la Chine avec la gestion des émissions carbone induisant des fermetures de site ou l’arrêt temporaire de certaines usines. 

Ainsi, les relocalisations prennent tout leur sens et peuvent prendre différentes formes :
- Des entreprises qui décident de se doter d’un outil de production propre et de le localiser en France alors qu’elles avaient recours jusque-là à des sous-traitants localisés à l’étranger ;
- Des entreprises qui s’approvisionnent à l’étranger et qui décident de faire évoluer leur stratégie d’approvisionnement en faveur d’approvisionnements en France,
- Des entreprises qui produisaient à l’étranger dans leurs propres usines et qui font le choix de rapatrier tout ou partie de leur production en France dans des sites existants ou dans de nouveaux sites.

Les motivations à la relocalisation peuvent être variées. On peut les diviser en trois catégories :

• Une meilleure maîtrise des coûts directs et indirects. Les leviers cités sont :
- Des coûts de production dans les PECO ou en Asie moins attractifs (main d’œuvre, transport, coûts cachés, etc.) ;
- Le rapprochement entre lieu de production et de consommation qui permet une meilleure maîtrise du coût complet d’acquisition ;
- La réduction des coûts de transport et la réduction de l’empreinte environnementale du transport à la condition de s’approvisionner aussi en composants localement ;
- Une réduction du besoin en fonds de roulement (BFR) par une réduction des stocks avec une production à proximité des lieux de consommation et tirée par la demande,
- Une évolution de la demande qui devient plus sensible à l’origine du lieu de production.

• Une meilleure maîtrise de la production et des délais :
- La maîtrise des coûts de production avec une numérisation plus poussée des unités françaises qui peuvent leur redonner de la compétitivité face aux sites étrangers ;
- Des délais importants de fabrication et de livraison des fournisseurs étrangers face à des clients qui se sont habitués aux « standards Amazon » et qui souhaitent des produits plus personnalisés ;
- Une complexité du pilotage des fournisseurs à distance induisant : le besoin de sécuriser les approvisionnements surtout dans cette période de pénurie, des problèmes de qualité, une gestion de la propriété intellectuelle confrontée à une appréciation culturelle du sujet, une traçabilité difficile des productions et des fournisseurs, en particulier de rang 2 et 3,
- Le besoin de rapprocher lieu de production et lieu d’innovation pour être plus efficient.

• Une évolution de la stratégie de l’entreprise et de son positionnement induisant :
- Une meilleure valorisation de la marque France ;
- La conviction que produire en France a du sens, notamment au nom de la responsabilité environnementale de l’entreprise ;
- La volonté d’améliorer l’impact environnemental de l’entreprise (décarbonation, choix matières, etc.),
- L’intégration de la production dans une logique d’économie circulaire, qui s’inscrit dans un système productif local.

Le temps du cycle d’investissement et le retour sur investissement sont également des critères regardés dans ce type d’opération.

Ainsi, les motivations pour entamer une démarche de relocalisation sont nombreuses et sont à étudier projet par projet en intégrant les attentes des clients et des consommateurs. Autrement dit, nulle réindustrialisation durable sans demande durable pour les produits français.


Publié le lundi 5 septembre 2022 . 4 min. 24

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :