Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Pourquoi Obama pardonne Apple

Publié le mardi 3 septembre 2013 . 4 min. 08

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse de Jean-Michel Quatrepoint, Journaliste-essayiste

Dans la torpeur du mois d'août, Barack Obama a pris une décision spectaculaire. Il a tout simplement mis son veto à une décision de la commission américaine du commerce international interdisant la commercialisation aux Etats-Unis de certains modèles d'iPhone et iPad par Apple. Avant l'été, la commission avait donné raison à Samsung qui accusait Apple de ne pas avoir payé les brevets pour certains des composants de ses produits phares.

En prenant le contre-pied de cette décision, Barack Obama donne un sérieux coup de pouce à Apple dans la bataille qui l'oppose au géant coréen. Et il adresse un message subliminal. La raison invoquée pour ce veto risque, en effet, de faire jurisprudence. La Maison Blanche a justifié son veto par la nécessité de préserver la concurrence et de protéger les consommateurs américains. En clair, les Etats-Unis ont estimé que Samsung faisait en quelque sorte un abus de position dominante, en demandant des prix exorbitants pour l'utilisation de ses brevets.

Cette intervention directe de l'exécutif dans une querelle entre groupes privés est hautement symbolique. Surtout concernant Apple. Depuis quelques années, la firme à la pomme symbolisait l'arrogance des multinationales. Steve Jobs, peu de temps avant sa mort, avait opposé une fin de non-recevoir à Barack Obama qui lui demandait de rapatrier des emplois et de la valeur ajoutée sur le territoire américain.

Depuis, la roue a tourné. Steve Jobs est mort. Et Apple, d'icône de l'innovation technologique est devenue le champion de l'exploitation des ouvriers chinois, le champion de l'opacité des comptes, le champion de l'optimisation fiscale. Les attaques contre Apple sont venues de toutes parts. De la Chine, qui met des bâtons dans les roues à la vente de ses produits sur son territoire. Du Brésil, qui exige la localisation d'unités de production. De Samsung, bien sûr, principal fournisseur des composants des iPhone et autres iPad, qui, de partenaire est devenu le principal concurrent.

Mais les attaques sont également venues des Etats-Unis. Cela a commencé par la dénonciation dans les médias des conditions de travail des 250 000 ouvriers chinois de Foxconn qui ne travaillent que pour Apple. Et cela s'est poursuivi par l'offensive et la mise sur la place publique des montages financiers qui ont permis à Apple d'accumuler, au fil des ans, des dizaines de milliards de dollars de bénéfices, en ne payant pratiquement pas d'impôts.

Le point d'orgue de cette offensive, à laquelle la Maison Blanche ne devait pas être étrangère, ayant été la comparution du successeur de Steve Jobs, en mai dernier, devant les sénateurs américains. Le procès en incivisme était instruit.

Apple avait gagné la première manche contre Barack Obama. Mais il avait perdu la seconde face à l'exécutif et à l'opinion. La sanction se retrouvait d'ailleurs dans les cours de Bourse, l'action Apple ayant plongé.

Dès lors, les conditions d'un compromis étaient réunies. Apple a annoncé avoir payé 6 milliards d'impôts en 2012 aux Etats-Unis et qu'il en paierait plus en 2013. Et une usine de Mac a été relocalisée. Aux yeux de la Maison Blanche, ce n'est sans doute pas suffisant, mais en appuyant spectaculairement Apple dans son procès contre Samsung, Barack Obama montre qu'il n'est pas un ingrat et que l'administration américaine appuiera, défendra ses multinationales. Surtout celles présentes dans les nouvelles technologies. Pour peu que ces multinationales paient leurs impôts aux States et rapatrient de la valeur ajoutée. Dès lors qu'Apple se montrera bon citoyen : ce qui est bon pour Apple sera bon pour les Etats-Unis. 

Jean-Michel Quatrepoint, Pourquoi Obama pardonne Apple, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER