Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Spécific, le département études et prestations sur mesure de XERFI, fait ici le point sur les politiques de formation des entreprises françaises en 3 séries de données exclusives. Elles sont issues d’une enquête réalisée courant 2022 par notre propre centre d’enquêtes et mené auprès de plus de 600 dirigeants d’entreprises de toute taille et secteurs d’activité.


La 1ère série de données présentent les compétences privilégiées par les entreprises pour leur développement futur. Si 61% déclarent vouloir mettre l’accent sur les soft skills, les hard skills demeurent leur priorité, devançant largement d’autres compétences comme le management ou les langues. Par ailleurs, 25% des entreprises déclarent vouloir accroître leurs efforts de formation dans le futur : ce sont les « enthousiastes » dans le cadre d’une analyse par persona marketing, par opposition aux économes ou aux utilitaires, bien plus sur la défensives.


La 2e série de données déconstruit quelques mythes. D’une part, les savoir-faire numériques comme le traitement de la donnée et la programmation informatique ne sont pas jugés prioritaires pour environ 60% des dirigeants interrogés. Soit parce qu’ils ne se sentent pas concernés (comme les entreprises du BTP), soit parce qu’ils font appel à des prestataires spécialisés. Par ailleurs, la place du digital learning n’a pas encore pris sa pleine mesure aux yeux des entreprises. Pour environ 80%, ces nouveaux modes d’apprentissage servent avant tout à réaliser des économies ou s’affranchir des contraintes d’agenda des apprenants, plutôt qu’à améliorer l’implication des apprenants ou accéder à des formateurs de qualité.


La 3e série de données montre comment les établissements d’enseignement supérieur, et notamment les business schools, passent sous le radar des entreprises en matière de formation professionnelle. Moins de 17% des répondants recourent à leurs services pour former leurs collaborateurs. Et pour la formation des seuls cadres, ces acteurs se retrouvent en position de challengers malgré les efforts consentis pour démocratiser leur offre de formation executive.


Une démocratisation qui a largement reposé sur l’élargissement du FNE-Formation aux entreprises et sur le CPF. Deux dispositifs qui demain pourraient être revus à la baisse...

En savoir plus Xerfi Spécific


Publié le vendredi 7 avril 2023 . 2 min. 38

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :