Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Spécific, le département études et prestations sur mesure de XERFI, fait ici le point sur les modes de chauffage au sein des logements en France en 3 séries de données.


La 1re série permet d’évaluer le poids de chaque système au sein du parc de résidences principales. Le gaz équipe 41% des foyers, les radiateurs électriques 30%, le fioul environ 11% et les pompes à chaleur 7%. Les autres équipements représentent près de 11%, dont 4% pour le bois. Nous mettons ici de côté les appareils utilisés occasionnellement comme les poêles d’appoint, cheminées, foyers ouverts ou inserts, ce qui sous-évalue la part réelle du bois.


La 2e série analyse l’évolution des modes de chauffage sur 30 ans. Le poids du fioul a été divisé par plus de deux depuis 1990, passant de 25 à 11%. C’est le gaz naturel qui a le plus profité de ce basculement, en hausse de près de 12 points. Mais depuis 2010, il plafonne et il n’est désormais plus possible d’en installer dans les maisons individuelles neuves, sauf cas particuliers. L’autre gagnant du repli relatif du fioul, c’est l’électricité qui est passé de 26 à 37%. Attention, avant 2020 il n’était pas possible d’isoler statistiquement les pompes à chaleur des radiateurs électriques. Depuis, le suivi s’est affiné car les ventes de pompes à chaleur progressent vite et s’imposent comme alternative aux chaudières fioul.


La 3e série se focalise sur le chauffage au bois. Avant 2010, sa part ne cessait de reculer dans la consommation énergétique totale. Outre la concurrence des autres énergies, les poêles et chaudières fonctionnant à partir de buches n’étaient ni pratiques ni performants. Au tournant des années 2010, le bois a fait son retour, grâce à la commercialisation de poêles et chaudières à granulés, bien plus commodes et efficaces. En 2021 et 2022, les ventes ont fortement progressé du fait du contexte énergétique et des effets psychologiques liées aux interdictions des chaudières fioul et gaz dans certaines habitations neuves.


Revers de la médaille, les prix des combustibles bois se sont emballés en 2022 alors qu’ils étaient restés assez sages auparavant. Décidément, l’inflation s’immisce partout.


En savoir plus Xerfi Spécific


Publié le jeudi 20 octobre 2022 . 3 min. 01

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :